AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORT FORT LOINTAIN A FERME SES PORTES.

I guess you don't like the way we like to have our fun ▬ Rebelles, avec moi !


FORT FORT LOINTAIN

J'TE FAIS DES GAUFRES DEMAIN

avatar



⊱ pseudonyme : Metalotroll
⊱ tête mise à prix : Norman Reedus
⊱ crédits : Sugar Slaughter + tumblr
⊱ arrivé(e) le : 18/09/2015
⊱ manuscrits : 329

⊱ schillings : 589

⊱ ton conte : Jack & Le Haricot Magique
⊱ ta race : Humain
⊱ métier : Fermier
⊱ tes armes : Une arbalète, une hachette et méfiez-vous, paraît qu'il lui arrive de mordre.
⊱ allégeance : Si j'étais elle, j'éviterais de me retrouver à la pointe de mon arbalète.





Dim 29 Nov - 21:31



Les rebelles
I guess you don't like the way we like to have our fun

Si c’est une bonne idée ? Jack ne saurait vous répondre. Non, il est trop préoccupé par l’instant présent, à réfléchir profondément aux derniers détails. C’est vrai que la décision s’est presque prise sur un coup de tête. Enfin, non. Soyons honnête : tout cela a été pris sur un coup de tête. Si le retour de Marraine a débarrassé le petit monde Fort Fort loin de cette saleté de nain de jardin, il n’en reste pas moins qu’elle est de nouveau là et ça… les Rebelles ne vont tout de même s’en réjouir. Surtout pas Jack. Notre fermier, le soir même de la grande réception que la fée avait organisé, s’était lancé dans un discours enragé – et alcoolisé. Parce que, comme pour beaucoup d’autres aventures de notre bon vieux Jack, celle-ci commence bien sûr un verre à la main – et ne vous avisez pas de le traiter d’alcoolique, non mais.

Les rebelles s’étaient retrouvés ensemble, histoire de râler un peu du retour de marraine tout en s’en réjouissant un peu – vraiment, ça promettait d’être une drôle de soirée. Après quelques verres, le fermier avait commencé à élever la voix, frappant du poing sur la table. « Mais c’est vrai quoi, on va pas lui laisser croire qu’elle est la bienvenue non plus, la vieille peau. » C’est vrai, quoi. S’en était alors suivi une ribambelle de plaintes, le tout devenant de plus en plus confus au fil des verres. Mais, bizarrement, quelque chose était tout de même sorti de cette soirée. Quelque chose sur lequel ils avaient réussi à se mettre tous d’accord – et croyez-moi, ce n’est pas une mince affaire. La grande décision avait été prononcée : il fallait faire quelque chose. Mais quoi donc ? Il fallait que ce ne soit pas trop dangereux. Parce que ce n’était vraiment pas le moment de perdre davantage de membres. Mais une action assez claire pour que personne n’oublie la présence des rebelles. Et à partir du moment même où la décision d’agir fut prise, Jack ne put penser à autre chose. Ce devint une obsession telle qu’il en oublia quelques fois de dormir – et même de boire un verre, incroyable, n’est-ce pas ? Le fermier passa donc ces derniers jours à se torturer les méninges – et celles de ses compatriotes rebelles. Ils agiraient durant la nuit – parce que je cite « On est pas fous non plus » - et cibleraient les jardins – parce que, je cite à nouveau « On pourra détaler plus vite si ça foire ».  

Après quelques préparatifs, le jour J est enfin arrivé. Si Jack est nerveux ? Même pas. Il est content de pouvoir ressortir sous la bannière des rebelles, plutôt fier à l’idée de causer des soucis – même minimes – à la royauté. Avant de partir, l’homme vérifie encore une dernière fois les tours de garde que Mowgli, le chevalier-flic, leur avait filé. Et dire que Jack avait failli lui ficher un carreau dans les fesses. Il se félicite désormais de ne pas l’avoir fait – leurs rapports se seraient sûrement avérés un peu plus difficiles après une telle altercation.  Le temps des dernières vérifications est venu.

« Bon, chacun sait ce qu’il a à faire ? » Jack est le leader de cette mission. La responsabilité ne l’effraie guère, il prend le rôle à cœur. L’homme sait qu’il est l’un de ces piliers sur lesquels les membres de sa communauté se reposent. Il doit se montrer digne de leur confiance. Et il sait qu’il le sera. « Oubliez pas : pas de héros. Si ça se corse, on se tire. Y a rien qui nous empêche de revenir après. » Un sourire ravageur plus tard, le fermier prend la tête du groupe qui s’avance vers les jardins du château.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FORT FORT LOINTAIN

J'AI PAS TOUT COMPRIS MAIS JE SUIS GENTIL

avatar



⊱ pseudonyme : Jet
⊱ âge : 24
⊱ tête mise à prix : Alexander Ludwig
⊱ crédits : Shiya, Tumblr
⊱ arrivé(e) le : 12/12/2014
⊱ manuscrits : 121

⊱ tes licornes : Kaa Envoûtoeil, Suzy Rubanrose
⊱ schillings : 311

⊱ ton conte : Les Chroniques de Prydain
⊱ ta race : Humain
⊱ métier : Cocher
⊱ tes armes : Mon épée, Dyrnwyn
⊱ allégeance : Qu'elle aille crever





Jeu 3 Déc - 1:49



Les rebelles
I guess you don't like the way we like to have our fun


En retard. Il était en retard. Taran venait de se réveiller en sursaut d'une sieste qu'il n'avait certainement pas prévue alors que c'était pile le jour où il ne fallait pas lambiner. Il regarda par la fenêtre de sa chambre, mécontent de voir le ciel s’obscurcir. L'heure de rejoindre les autres approchait à grands pas et il aurait déjà dû être dans la calèche en direction du château, et pas torse nu assis sur son lit, à essayer d'enfiler une botte au pied droit alors que manifestement c'était au pied gauche qu'il devrait la passer. Il grommela quelque chose d'inaudible mais de fort peu courtois, attrapa une chemise et un manteau, et sortit après s'être saisit du fourreau de son épée. Heureusement pour lui, la calèche était déjà devant son appartement, et son cheval prêt à partir. Il se demanda vaguement depuis combien de temps Melyngar l'attendait planté dans le froid avant de marcher sur l'un de ses lacets défaits et de trébucher, évitant de se vautrer par terre par un réflexe qu'il avait acquis au fil de sa vie à cause de son étourderie.

Installé sur le siège du conducteur, Taran fit mine de claquer les rênes pour faire avancer sa monture, mais il n'en avait absolument pas besoin. Même son cheval savait que ce soir, quelque chose de spécial se tramait, et que le seul endroit où son maître pouvait se rendre au beau milieu de la nuit pour faire du grabuge, c'était vers le château. Et il n'avait pas tord, parce que ce soir les rebelles allaient faire voir à Marraine la Bonne Fée que c'est pas parce qu'elle les avait sauvés de l'autre taré de nain de jardin que tout lui était pardonné. Un sourire malicieux s'afficha sur le visage du jeune homme tandis qu'il repensait au plan mis en place par Jack et le reste de la bande. Il ne connaissait pas trop Jack. Mis à part les fois où il l'avait vu aux réunions rebelles et où ils avaient eut l'occasion de partager un coup à boire, il ne lui avait jamais vraiment parlé. Mais qu'importe, il ne connaissait pas plus Potté, et ça ne l'avait pas empêché de rejoindre l'équipe lors du bal de Noël presque un an de cela. Alors comparée à ce raid catastrophe, la mission de ce soir n'avait rien de bien impressionnant.

Pourtant, s'il y avait quelque chose que Taran avait retenu de son expérience chez les rebelles et à Yasen, c'est qu'il ne faut jamais sous-estimer un danger : tout pouvait arriver, et une ballade en forêt pouvait très bien se transformer en calvaire à cause d'une simple erreur de cartographie et un mal fou à distinguer l'est et l'ouest, parole d'aventurier ! Les siestes à l'improviste, aussi, c'est dangereux. On ne se méfie pas assez des siestes, de toute façon ! On s'allonge pour faire le point avant de s'entraîner à l'épée et paf, on se retrouve à dormir pendant des plombes et à être en retard pour le rendez-vous avec les copains, quelle plaie... Mais le plus important maintenant, c'est que le jeune homme était prêt et en route pour retrouver ses compagnons d'armes à proximité des jardins du château, et heureusement, parce que le problème, quand on veut saccager les jardins royaux, c'est qu'il faut de l'équipement, et qu'une troupe de gens louches qui se trimbalent avec du papier toilette, des pelles et autres joyeusetés du même genre en plein milieu de la ville, c'est louche.

Du coup, ils avaient tous décidé de transporter l'équipement dans la calèche de Taran, qui les rejoindrait le plus près possible des jardins. Evidemment, ça marche mieux quand le conducteur ne s'endort pas et qu'il est au rendez-vous ! Mais il n'y avait plus de soucis à se faire maintenant, parce que Taran était au point de rencontre, matériel planqué dans la calèche, et le cas échéant, épée au fourreau. Le jeune homme coula son regard vers sa taille et s'aperçut avec horreur que son épée n'était pas là où elle devait être. Il paniqua, et se rappela qu'il avait dégainé pour s'entraîner avant sa sieste, et qu'elle devait sûrement être au pied du lit. Bon, et bien, disons que si ce soir y'a de la castagne,il faudra que Taran se contente d'une pelle comme arme. Ou peut-être du papier toilette, c'est faisable ou pas, assommer des gens avec un rouleau de papier hygiénique ?

______________________________________

♬♬♬

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

I guess you don't like the way we like to have our fun ▬ Rebelles, avec moi !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Tamao no... BAKA! {T-d-T, libwe I guess...}
» Knock Knock ! Guess who's there ?!
» GUESS YORK FEMELLE DISPARUE DANS LE DEPARTEMENT 38
» 08. I guess this is goodbye
» Guess who I am - Lily




Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⊱ il était une fin :: Les jardins-