AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORT FORT LOINTAIN A FERME SES PORTES.

INTRIGUE SEPT ⊱ Cey la fête !

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

FORT FORT LOINTAIN

UN PEU DE GRATIN D'GRAVIER ?

avatar

⊱ pseudonyme : merlinpinpin
⊱ tête mise à prix : sir ian mckellen
⊱ crédits : dieu
⊱ arrivé(e) le : 18/10/2014
⊱ manuscrits : 203

⊱ schillings : 375

⊱ ton conte : les légendes arthuriennes
⊱ ta race : sorcier blanc
⊱ métier : enchanteur, herboriste, ancien professeur à l'académie de worcestershire
⊱ tes armes : une cuillère et du gratin de gravier ?
⊱ allégeance : plutôt neutre.





Mar 15 Sep - 10:42




Ma che bamboula !
"Bambou ? Pourquoi il parle de bambou ? T'as déjà vu panda dans le coin toi ?" "Mais non ! Ca veut dire fête, abruti !" "Oh ouais la fête ! C'est la fête oh ouaiiiis !"


Les fameux fanions de la discorde claquent au vent, dissonant franchement avec l'ambiance festive qui s'annonce. Les invités arrivent petit à petit, s'annonçant aux gardes toujours aux aguets, tantôt seuls, tantôt en duo, parfois même par petits groupes. Les dames ont revêtu leurs plus belles toilettes, les poitrines de ces messiers se gonflent sous leurs jolis plastrons ... Tenue correcte exigée, qu'ils ont dit ! Certains se voient même refoulés par les soldats en cas de pieds nus ou de chemises débraillées, obligés de rentrer à la maison pour se changer. Mais qu'importe ! La foule, toute guillerette, a les yeux qui brille devant le somptueux décor savamment préparé : torches tamisées enchanteresses, pistes de danse en bois enchanté, buffets débordants et aux effluves enivrantes ... Des portraits de Marraine ont même été placardés sur les murs de la place de Romeo Drive afin de rappeler à qui est dédiée cette fastueuse soirée - ainsi que pour dissimuler les sales peintures-têtes-d'ogre pullulant dans la Capitale depuis quelques jours, mais chut, on fait comme si on n'avait rien remarqué.

Tout buste comprimé dans son corset bleuté, Marraine se lève alors de son trône planté sur l'estrade, elle aussi construite pour l'occasion. Les rumeurs de la foule se taisent soudain, laissant place à la douce voix mélodieuse de leur Reine et Sauveuse : " Je déclare les festivités ouvertes ! Profitez, mes très chers amis, profitez ! Que cette soirée reste gravée dans les mémoires, à l'image de mon retour inespéré ! " Sur ces mots, elle écarte les bras, avant de désigner Omar Crécelle de son index manucuré. Les premières notes de la première chanson résonnent alors dans toute la place et bientôt, la voix du chanteur s'y mêle. Même Charmant, assis aux côtés de sa mère, ne peut réprimer l'envie de se boucher une oreille. C'est un coup à choper des acouphènes.

Tandis que certains se dirigent droit vers la nourriture, d'autres vers les tonneaux d'hydromiel et une poignée encore, sur la piste de danse, une silhouette encapuchonnée passe la sécurité tranquillement, s'arrêtant à côté de l'étale d'une baraque à chips le temps d'observer tout ce petit monde. Une moue perdue se dessine sur ses vieilles lèvres mangées par une longue barbe blanche. Bon, par quoi commencer ? Buffet ? Vin au noisette ? Va pour le vin.


C'qui s'passe

⊱ Petit tour d'intro' tranquillou les chatons !  Histoire de se mettre dans le bain !
On arrive, on se présente aux gardes (attention ! tenue correcte exigée, on a dit ! sinon, aller-retour à la maison ! ou alors, vous vous faufilez par une ruelle en mode ninja, c'vous qui voyez ) on va voir les copains, la bouffe ... Bref, Marraine vient de sonner le début de la fête, c'est pépère, on se prépare à s'enjailler ! :opa:

⊱ Vous avez jusqu'au 19.09 pour répondre à ce tour ! :coeur:

⊱ Les participants : Belle Yeuxdevelours, Cúchulainn Forgéteinte, Ulrich Fiersbras, Poucette Toutepetite, Wolfran Loupnoir, Jeiran Aurorefauve, Clémence Vertfeuille, Kaa Envoûtoeil, Mowgli Messua, Svetlana Plumenfeu, Aalis Beaupuits & Claude Frollo

⊱ far far away ⊰


______________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FORT FORT LOINTAIN

AIE CONFIANCE, VENERE-MOI

avatar



⊱ pseudonyme : Jet
⊱ tête mise à prix : Sebastian Stan
⊱ crédits : Pumbate pour l'avatar, Tumblr pour les gifs
⊱ arrivé(e) le : 09/10/2014
⊱ manuscrits : 185

⊱ schillings : 673

⊱ ton conte : Le Livre De La Jungle
⊱ ta race : Bête Parlante
⊱ métier : Danseur
⊱ tes armes : Un fouet, par pure précaution
⊱ allégeance : Pour, dans mon intérêt





Mar 15 Sep - 23:30

Je m'avance dans mon plus beau costume vers la place qui se situe non loin de chez moi, suivant à l'oreille le bruit grandissant et les badauds curieusement plus nombreux que ce à quoi je me serais attendu : après tout ce qui s'est passé avec Tracassin et les rebelles, la capitale n'a jamais été aussi vide, et quand bien même elle serait pleine, dans ces circonstances, peu aurait été assez courageux pour se présenter à un événement public. Mais il faut croire que le sentiment général est plus tourné vers les petits plaisirs de la vie que vers les tracas qu'elle inspire. Et il ne m'est pas difficile de comprendre ça, puisque c'est également mon cas. Après un long moment passé à craindre de se faire exploser la tête à chaque coin de rue, rien de mieux qu'une fête pour se divertir et faire abstraction d'une situation encore bancale malgré le retour inespéré de Marraine.

C'est donc serein que je me présente aux gardes qui ne m'arrêtent évidemment pas : je ne me suis pas mis sur mon 31 uniquement pour cette fête, mais bien pour quelqu'un de très particulier. Je me perds dès mon arrivée sur la place dans la foule, et il est inutile de chercher un endroit tranquille avant que tout le monde ne se dirige vers ce qui lui convient le mieux et pour cela, il faut attendre le lancement des festivités. Et justement, Marraine, dans une tenue des plus éblouissante, vient de monter sur l'estrade pour faire son charmant discours. Je souris au début de la chanson entamée par Crécelle, qui décidément n'a pas l'oreille musicale, et à la tête que fait Charmant. Désormais, tout le monde semble trouver de quoi s'occuper et j'y vois un peu plus clair.

Je me dirige vers les tonneaux d'hydromel, pour me servir un verre, lorsqu'il me semble apercevoir Ulrich l'espace d'un instant. Je le perds de vue et en vient à me demander s'il était vraiment là : après ce qui est arrivé à sa soeur, une rebelle, je ne l'imaginais pas venir à une fête donnée par Marraine, mais qui suis-je pour juger du comportement des autres ? Et quand bien même, ce n'est pas lui que je cherche. Mon verre désormais bien en main, je jette des regards qui commencent à se faire nerveux autour de moi, admirant au passage l'effet des diverses décorations. Je vais et viens entre les gens tranquillement, cherchant celui que j'attends, quand je me fais bousculer par quelqu'un trop absorbé pour se rendre compte de ce qui vient de se passer. Tout ça n'aurait pas eu d'importance si ma boisson n'avait pas tâché mon costume, pile sur ma chemise blanche, à l'endroit le plus voyant, que je tente de nettoyer en grommelant...

______________________________________




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FORT FORT LOINTAIN

MONTRE-MOI TES (E)PINES

avatar



⊱ pseudonyme : Lady Furiosa
⊱ tête mise à prix : Keira Knightley
⊱ crédits : Avengedichains & Tumblr ♥
⊱ arrivé(e) le : 26/07/2015
⊱ manuscrits : 145

⊱ tes licornes : Iseut Sautemouton & Raiponce Cheveuxdor
⊱ schillings : 325

⊱ ton conte : La Belle & la Bête
⊱ ta race : Humaine
⊱ métier : Styliste-modiste, ces dames et ces messieurs aiment s'adresser à elle pour un petit relooking personnalisé
⊱ tes armes : Une dague acquise lorsqu'elle est rentrée chez les rebelles. Elle l'a remisée au fond d'un tiroir depuis qu'elle les a quitté.
⊱ allégeance : Mouais, bof hein. Non pas trop du tout, en fait.





Mer 16 Sep - 20:42



   
Cey la fête !
ma che bamboula !

Tenue correcte exigée ? Oui, ainsi l'invitation présentait-elle l'évènement. Les yeux de la jeune femme s'animèrent à cette perspective. Enfin une réception où elle pourrait exciter ses sens et son imagination. Belle imaginait déjà la foule bigarrée, les pourpoints de belles factures, la délicatesse des tissus d'une cape ou de l'autre, le pointu ou le rond d'une chausse ... Y aurait-il des chapeaux ? De ceux qu'elle aurait créé peut-être ? Elle l'espérait !

Pourtant, le thème du rassemblement ne l'enchantait guère de base. Le retour de Marraine n'avait pas été des plus enchanteurs en ce qui la concernait et si sa dague était toujours remisée au fin fond de sa coiffeuse, les pensées qu'elle accordait à cette dernière se faisaient de plus en plus nombreuses. Avait-elle pris la meilleure résolution en quittant les Lames de Cendres ? En claquant - métaphoriquement - la porte de la Griffe Marine sans se retourner ? N'aurait-il pas dû, au contraire, s'obstiner un peu plus, quitte à s'impliquer un peu moins, mais rester un nom pour la cause tout de même ? Ses pensées s'attardaient sur ces questionnements avec une obstination fort agaçante. Belle était de ces personnes qui réfléchissaient trop et agissaient trop peu au goût de certains. Aussi avait-elle décidé qu'à défaut de faire montre d'une grande bravoure, elle pouvait au moins faire acte de présence.

Ce fut seule qu'elle se présenta aux gardes. Eleazar n'avait pas souhaité la suivre dans cette sortie, arguant qu'il était pris par d'autres affaires. Une petite voix murmurait à sa compagne que lesdites affaires portaient de beaux yeux chocolat et une silhouette élancée. La demoiselle manqua briser le bois de son éventail sous la pression de ses doigts. Rien que d'y penser ... Son regard d'ordinaire réputé doux s'assombrit en même temps que les attentions qui l'animaient. Cette chatte de gouttière, cette fausse effarouchée, cette sans-éducation ... Oui, elle ne payait rien pour attendre.

Ses talons claquèrent sur les pavés tandis qu'elle rejoignait la grande place, un sourire bancal aux lèvres. Enfermée un long moment, habituée à être seule ou à deux, se mêlant peu à la foule, elle avait perdu un brin perdu l'habitude de prendre part à de semblables réunions où les épaules se frôlaient plus souvent qu'elles n'avaient la politesse de s'écarter. Lorsque la Fée consentit à lever son postérieur de son trône - conçu, elle en était sûre, spécialement pour l'occasion -, elle ne l'écouta que d'une oreille discrète. Oreille bientôt abîmée par la voix de Crécelle - en voilà un qui portait fort bien son nom -, lui arrachant une grimace. Le regard de Belle volait d'un bout à l'autre de la place, attiré par toutes ces couleurs, toutes ces odeurs fabuleuses. Son estomac eut même l'indécence de gronder, lui rappelant toute la journée qu'elle avait passé afin de terminer la robe qu'elle portait. Faite de soie bleue et brodée de dentelles écrues aux manches et à l'encolure en V, les attaches invisibles sur le devant plongeaient jusqu'à la ceinture d'un rose pâle qu'elle avait ajouté à la dernière minute. Le velouté de tissus chuintait à chacun de ses pas, lesquels la menait désormais près du buffet.

Néanmoins, agréablement perturbée par l'effervescence, ses prunelles continuaient de voleter tout autour d'elle, si bien qu'elle en oublia de regarder devant elle. Son profil heurta le bras d'un homme, son pied allant même jusqu'à écraser les orteils du malchanceux. Au moins cela eut-il le mérite de la ramener à la réalité. " Pardonnez-moi, messire ! Je ne vous avais pas vu, je ... Suis navrée. " s'excusa-t-elle, les joues rougies. Ou comment bien démarrer sa soirée ...

______________________________________

Du début, à notre fin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FORT FORT LOINTAIN

Invité
Invité

avatar




Jeu 17 Sep - 12:12



   
Cey la fête !


« Tenue correcte exigée ». Il n'y avait que les gens superficiels pour se soucier ainsi de l'apparence extérieure... Mais puisque le ton avait été demandé, il n'aurait pas été bien vu que l'ingénieur poly-féerique de la fabrique du bonheur que j'étais vienne débraillé comme un phoque. Ainsi, et bien que cela ne me plaise guère, je pris soin de revêtir une tenue charmante, de laver mes cheveux et de les peigner avec soin. J'avais meilleur allure qu'aux jours ordinaires, et accompagné, avec ceci, d'une mine moins sinistre. Quasimodo m'avait supplié à plusieurs reprises, dans la semaine, de le laisser m'accompagner. C'était hors de question ! Premièrement, lui avais-je expliqué, il n'avait nulle tenue appropriée pour ce genre de sorties. Deuxièmement, il aurait été source de quolibets et de farces durant toute la soirée, ce qui n'aurait guère été plaisant. Troisièmement,  cela ne servait à rien de discuter d'avantage puisque j'en avais ainsi décidé, et qu'il aurait été bien sot de me désobéir. Quatrièmement, j'avais insisté sur le fait que je me rendais à cette fête pour la seule et unique raison que j'étais un personnage important du commerce de potions à Fort Fort Lointain, et que mon absence n'aurait pas été bien vu. Les gens parlent vites et se posent beaucoup trop de questions. Explications faites, je l'avais prié de se rendre dans sa chambre et de n'en point sortir avant mon retour, au risque de mon courroux.

Ainsi donc, je revêtis une veste, et sortis de la maison tandis que la nuit s'installait doucement. Au loin, sur la place, des murmures s'élevaient déjà de toute part, des rires, des paroles échangées. Les lèvres pincées, je me dirigeai, moi aussi, vers cet agaçant grabuge. L'on me laissa passer sans peine – heureusement, encore ! –, et je pus accéder à la foule qui se pressait tout autour. Finement décorée, la place semblait presque vivre elle-même. Je passai les mains derrière mon dos et le silence s'installa lorsque Marraine la Bonne Fée prit la parole, parlant peu, mais parlant bien selon les dires de la foules lorsque la première chanson s'éleva dans l'air. Je grinçai des dents. Maintenant, le reste de la soirée n'allait être qu'ennui et bavasseries interminables. Les jeunes hommes et les jeunes femmes ici présents profitaient de l'occasion pour se retrouver, et toute cette cohue d'embrassades, de danses vulgaires et de décolletés ouragans me rendait malade.

Je finis donc par me diriger vers un stand de boissons, dans l'espoir de pouvoir me rafraîchir. Je commençai à avoir la migraine. Toute ce remue-ménage n'était plus de mon âge, et je n'avais jamais eu la réelle envie de participer à ce genre de fêtes. Malheureusement, ma présence était d'usage, je ne tenais pas à ce que l'on chuchote demain, à mon travail, les gens le faisaient déjà suffisamment en temps normal, je le savais, ne croyez pas que cela puisse m’échapper. Alors que j'attendais mon tour dans la fil des personnes, une jeune femme me heurta douloureusement, écrasant, au passage, mon pied et mes orteils de telle sorte que je crus les voir finir en bouillie. Par réflexe, j'attrapai fermement son bras. Mon regard froid et dur rencontra le sien alors que je me mordais la joue pour ne pas laisser échapper une petite plainte douloureuse. Il s'agissait tout bonnement de Mademoiselle  Yeuxdevelours, la concubine de Monsieur Coeurfané.

Instantanément, je lâchai son bras, comme contaminé. Le contact physique – et encore plus avec des femmes – m'avait toujours nettement déplu, je ne pouvais en expliquer les raisons. D'un geste, je balayai ses excuses de la main :

« Ce n'est pas grave, lâchai-je du bout des lèvres. Vous devriez cependant faire plus attention à ce qui vous entour et ouvrir les yeux sur la réalité, mademoiselle Yeuxdevelours. »

Je ne disais pas uniquement cela pour le cas ici présent qui nous réunissait. A la vérité, je parlais de manière générale. Mais ça, Belle n'avait pas vraiment besoin de le savoir. Si elle n'était pas trop idiote, peut-être suivrait-elle mon conseil avec un brin de zèle. Lorsque l'on vit avec un homme sans en être son épouse, il fallait s'attendre à ce que celui-ci commette le péché des infidélités, ce que je soupçonnai fortement Monsieur Coeurfané de faire. Mais les petites histoires comme celles-ci ne me regardaient pas, elles m'outrageaient, tout bonnement.
Je m'assis sur un banc, afin de reposer mon pied meurtri, sans lâcher des yeux la jeune femme aux joues rosies par l'embarras. Je fis un geste de la main, brusque et bourru :

« Filez donc vous amuser, mademoiselle. » la jeunesse ne pensait qu'aux fêtes et aux belles choses si superficielles de la vie.

Au fond de moi, je réprimai la réflexion qui me montait à la tête : Belle était, ce soir, d'une beauté éclatante, comme l'indiquait son prénom. Une poupée dans une robe de bal. Je pinçai les lèvres et détournai la tête, agacé. Je détestai les femmes.
Revenir en haut Aller en bas

FORT FORT LOINTAIN

Invité
Invité

avatar




Jeu 17 Sep - 14:46



   
Cey la fête !
Il est par où, le buffet ?

L'invitation pour la fête en l'honneur du retour de Marraine était adressée à tout le Royaume. Ulrich n'était pas de ceux qui célébraient la nouvelle - il ne célébrait plus grand-chose, ces temps-ci. Cependant, il n'était pas dupe et, dans ce cas, conscient des changements qui s'opéraient petit à petit, à Fort Fort Lointain. Marraine n'était pas la seule nouveauté ; il avait aperçu à plusieurs reprises de nouveaux dessins, s'installant ça et là dans la ville. S'il ne s'étonnait plus des nombreux graffitis, ceux-là avaient particulièrement attisé sa curiosité. On ne voyait pas des têtes d'ogres tous les jours et celui qui les avait fait ne devait pas particulièrement tenir à sa peau. Ulrich ne savait pas s'il devait se réjouir ou au contraire, avoir peur pour sa propre nature ; il était après tout gage de haute récompense si on venait à le capturer.
En somme, rien n'allait plus vraiment, mais les apparences étaient au beau fixes. Il avait donc décidé de mettre sa plus belle veste et, malgré cela, il passait pour quelqu'un de très pauvre, entouré de tous ces bourgeois mondains et de leurs tissus de qualité. Ce n'était pas grave, il n'était pas là pour faire des rencontres.

Non, car Ulrich avait deux objectifs, ce soir : profiter autant que possible du buffet gratuit et trouver Potté. Il se doutait qu'il ne serait certainement pas ici, il espérait même qu'il se soit empaillé à force de culpabiliser. Cependant, rien ne l'empêchait de parler à d'autres convives qui, eux, peut-être, seraient au courant de quelque chose.
Mais, prenons les choses par ordre de priorité : le buffet. Passé les gardes qui, étonnamment, trouvaient qu'Ulrich était assez bien habillé pour la soirée, il tenta de suivre son odorat. Mais la salle débordait de monde, de parfums en tous genres, et le buffet n'était pas visible. Il ne partirait pas d'ici sans avoir goûté à tous les mets, par les fesses de Shrek !

Tournant plusieurs fois sur lui-même jusqu'à ce qu'un léger tournis l'empêche de continuer, il se résigna et fit sa place dans la foule. Il n'était certainement pas le seul à n'être venu presque que pour ça ; il se contenterait de suivre la foule.
Que la boue soit bénie : son stratagème avait marché ! Il était arrivé devant la Porte du Paradis, l'étalage des Merveilles du Monde, une vraie thérapie par la nourriture... Petits canapés, viande, poisson, rien ne manquait ! Sauf des limaces. Mais les limaces n'étaient pas au goût de tout le monde, paraissait-il.
Se mettant à un bout du buffet, il le remonta petit à petit, engloutissant tout ce qu'il trouvait sur son passage. Quid des convives mécontents, des gens qui lui bloquaient le passage : il n'avait qu'un objectif (ou deux), et il y arriverait. Et même cette personne de plus grande taille que lui qui s'intéressait beaucoup aux canapés aux crevettes ne l'en empêcherait pas.
D'un mouvement digne des plus grands contorsionnistes, il passa autour d'elle pour s'emparer du précieux sésame. « Désolé, pardon... Désolé... »

C'était délicieux.
Revenir en haut Aller en bas

FORT FORT LOINTAIN





⊱ pseudonyme : Little-Chocobo
⊱ tête mise à prix : Thomas Brodie-Sangster
⊱ crédits : Elf (Ava)
⊱ arrivé(e) le : 01/01/1970
⊱ tes licornes : Alexei Trainesavate - Lancelot Dulac - Cheshire Beausourire - Poucette Toutepetite
⊱ schillings : 0

⊱ ta race : Sorcier blanc
⊱ allégeance : Mitigé





Ven 18 Sep - 18:13



   
Cey la fête !

La fête pour le retour de Marraine était une grande occasion. Même au fin fond de Ragtown on se préparait pour la fête. Cependant, certains y allaient surtout pour se vider l’esprit et passer une bonne soirée loin des soucis du quotidiens, loin des derniers évènements. C’était aussi un peu le cas de Wolfran ; ces derniers mois avaient été éprouvants, à différents niveaux et il était bien content d’avoir une bonne occasion de se changer les idées, quand bien même la raison derrière cette fête n’était pas forcément une pour le faire selon le sorcier. Il n’était pas un fan de Marraine ; elle obligeait des gens à prendre une apparence qui n’était pas la leur, simplement pour son appréciation personnelle…Alors certes, certains trouvaient la situation à leur avantage, mais sur le principe…Donc non, Wolfran n’aimait pas Marraine plus que cela.

Mais une occasion de se divertir aux frais de la fée ? Il n’allait pas cracher dessus. Sans compter que Kaa lui avait proposé d’y aller. Ca, pour le coup, éclipsait tous les mauvais points qu’il pouvait avoir envers cette soirée. L’idée de passer une soirée, loin du drama, loin des problèmes et leur permettant de sortir un peu de leurs appartements respectifs…Ca lui avait laissé un sourire sur le visage depuis trois jours déjà. La seule ombre au tableau ? La « tenue correcte exigée ». L’apothicaire n’étant pas franchement du genre à participer à ce genre d’évènement, il n’avait pas ce genre de vêtements dans sa garde-robe. Il a donc fait un peu de shopping. Il ne s’est pas cassé la tête, a acheté un costume qui lui semblait correcte et puis voilà. Il espérait seulement que ça irait…

Le soir venu, il était perdu dans ses préparations quand il se rendit compte que…Il était déjà en retard pour se préparer. Quittant son arrière-boutique en trombe, Wolfran monta se changer en vitesse dans son costume et mis une écharpe en cachemire bleu pâle contre le froid et fila vers le château. Quand il arriva, un bon nombre de personne étaient déjà là et le blond (qui, fort heureusement, avait fini par perdre toute trace de rose, merci bien) se présenta avant d’entrer, sa tenue ayant passé le test. Il se faufila dans la foule et observa cette dernière, espérant trouver Kaa. Enfin, peut-être qu’il n’était pas encore là…

Ah si, il était là, le blond le reconnu sans aucun problème. S’avançant vers lui, il l’entendit grommeler contre…Eh bien une tâche sur son costume. Un sourire attendri sur le visage il finit par se pencher pour que l’autre le voie.

"Un petit souci ? Attends, laisses-moi faire." Repoussant doucement les mains du brun, Wolfran retira ensuite son écharpe pour la mettre autour du cou de Kaa, tentant de la placer de façon à cacher la tâche. "Et voilà. Comment tu vas ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FORT FORT LOINTAIN

J'TE FAIS DES GAUFRES DEMAIN

avatar



⊱ pseudonyme : BIB L'EPONGE
⊱ tête mise à prix : Bob Morley
⊱ crédits : (c) wildworld (ava) hedgekey (signa)
⊱ arrivé(e) le : 28/04/2015
⊱ manuscrits : 258

⊱ tes licornes : Le prince Ali
⊱ schillings : 463

⊱ ton conte : Le livre de la jungle
⊱ ta race : Humain
⊱ métier : Flic
⊱ tes armes : Il a son arme de service évidemment et un canif qu'il planque dans ses pompes (au cas où...)
⊱ allégeance : Archi contre, l'injustice c'est moche





Ven 18 Sep - 23:11



   
Cey la fête !
ma che bamboula !

Je connaissais pas le concept de fête avant de débarquer chez les hommes. Quand on fait la teuf chez les loups ou même dans la jungle en général, c'est parce qu'on a chassé un truc vraiment balèze et on se réunit tous pour le bouffer joyeusement. Ici, c'est pas vraiment le même délire : on fait la fête parce qu'une grosse dinde à lunettes est de retour sur le trône, youpi. Mais j'peux tirer la gueule autant que je veux, n'empêche que j'adore les soirées. Et j'ai pas l'intention de manquer celle là. Sauf que j'ai prévu une petite surprise pour le retour de marraine. Huhu.

Avec ma "surprise", y'a pas moyen que je passe par l'entrée, c'est mort on me laissera pas passer même si je montre mon billet d'entrée. C'est que bon, ils ont dit "tenue habillée exigée" et j'suis pas ce qu'il y a de plus habillé ce soir. J'ai mis un chapeau à paillette, un p'tit noeud pap' et un slip jaune poussin. C'est tout. Je sais que c'est dangereux pour moi : comme je suis foutu comme un dieu, y'a moyen que fringué comme ça je provoque une émeute (normal) mais de toute façon j'suis flic : je sais gérer ce genre de problème. et au pire... bah c'est pas grave, plus ce sera le bordel, plus je serai content !

Debout dans la rue, je mets mon sac plein de surprises marrantes pour la soirée sur mon épaule et regarde un peu l'obstacle devant moi. Bon. Si je veux pouvoir accéder au lieu de la fête, va falloir que j'escalade pour aller sur les toits, puis redescendre sur la place en passant pour une petite ruelle que je connais bien grâce à mes patrouilles. C'est pas un problème pour moi, y'a plein de prises et en plus j'ai pas de fringues pour me gêner pendant que je monte, ça va passer crème. Je commence ma grimpette en râlant parce que mon putain de sac arrête pas de glisser et qu'en plus j'ai une couille qui m'gratte sévère. Rapidement, j'arrive en haut et je peux déjà voir que la fête bat son plein. Dans le tas des danseurs, je remarque plein de monde que je connais et essaie de faire des coucous pour attirer l'attention d'un de mes potes au moins. Mais j'ai pas le temps de voir si on me répond parce que comme un con, je perds l'équilibre et glisse en avant sur les tuiles du toit. De justesse, j'arrive à me rattraper à l'une des gouttière et après un petit check en bas, je me lâche pour me rattraper de nouveau au rebord d'un fenêtre. Putaaaiiin ça nique les doigts bordel ! Cette fois, j'suis assez bas pour pas me péter une cheville donc je me laisse tomber au sol et cours le long de la ruelle pour atteindre le lieu de la fête. Rapidos je me faufile au milieu de la foule en disant bonjour à tout le monde, un grand sourire aux lèvres, tout en me dirigeant vers le buffet parce que j'ai grave la dalle. Au passage, je prends un verre d'hydromel que j'avale cul sec et en voyant un garde me regarder bizarrement, je pointe du doigts l'estrade avec Marraine dessus en lui disant sur le ton de la confidence :

" J'suis là pour le show surprise. On vous a pas dit ? On est toute une troupe de strip teasers pour l'occas', on va lui faire mouiller son string à la Marraine c'est moi qui vous le dit. D'ailleurs c'est Charmant qui nous a payé !"

Mon excuse bidon a l'air de convaincre le garde parce qu'il me fait un clin d’œil, apparemment tout content et me dit :

"Je vais prévenir les autres pour pas qu'on vous fasse sortir, j'ai hâte de voir ça ! Et puis si c'est Charmant qui a fait appel à vous..."

Je sais pas si je dois être content parce que mon plan marche super bien ou inquiet parce que le garde a l'air chaud du slip et que j'ai l'impression qu'il me matte le boule. Pour la peine, je prends un autre verre. Et je fonce sur la piste de danse, une cuisse de poulet dans la main. Que la fête commence ! Elle promet d'être marrante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FORT FORT LOINTAIN

MA-QUI ? MA QUE PASA ?

avatar

⊱ pseudonyme : Marlou
⊱ tête mise à prix : troian bellisario
⊱ crédits : le staff trop cool (avatar) + tumblr pour les gifs + signa de endless love
⊱ arrivé(e) le : 19/04/2015
⊱ manuscrits : 423

⊱ schillings : 675

⊱ ton conte : lambda-dibouh
⊱ ta race : fée un jour, fée toujours
⊱ métier : botaniste et jardinière bénévole
⊱ tes armes : baguette + magie + maladresse
⊱ allégeance : ni oui, ni non; bof, c'est pas le plus important





Sam 19 Sep - 14:15

Quelle idée t’étais passée par la tête lorsque tu avais accepté d’aller à cette fête ? Aujourd’hui, tu te le demandes encore, devant ton miroir et ta tunique blanche. Si les autres jours, tu avais réussi à t’en séparer, à partir de maintenant, elle allait revenir dans ta garde-robe. Et puis, on ne savait jamais qui on allait bien pouvoir croiser dans les parages. Tu ne sais même pas qui y va ou qui sera là. Donc autant dire que si tu es pour être seule avec une coupe de champagne à la main, tu vas quitter avant. Les soirées chics n’ont jamais été ton fort. Lorsque tu travaillais au château, c’était toujours la même chose, l’éternelle tunique blanche et quelques bijoux. Rien de très extravagant. Tu ne feras donc pas exception aux précédentes soirées, ce soir. De toute façon, ce n’est pas comme si tu rencontrerais l’homme de ta vie à une fête comme celle-là.
Après quelques minutes, tu fais une dernière vérification auprès de tes ailes et tes potions avant de sortir de chez toi et de te mêler à la fête. L’avantage, c’est que cette fête se donne près de ton domicile, alors aucunement besoin de se déplacer trop loin. Tu te mêles donc à la foule en saluant un peu tout le monde. Il y a des visages que tu reconnais, d’autres que tu n’avais jamais vus avant. Bien sûr, tout cet évènement est organisé en raison du retour de Marraine. Il est rare qu’une telle chose soit faite, mais c’est vrai qu’après tout ce qui est arrivé avec Tracassin, il faut bien se changer les idées un tout petit, quand même ! Déjà en arrivant, tout le monde a l’air d’être détendu et de s’amuser, le bon Fort Fort Lointain d’autrefois quoi ! Mais tu reconnais tout de même quelques personnes comme Mowgli qui a tout naturellement d’être à fond dans ses mouvements en danse. C’est assez spécial de le voir dans un tel état d’ailleurs. Cependant, tu te contentes de rester un peu à l’écart de tout ça pour le moment, histoire de voir quel sera le déroulement du reste de la soirée. Après tout, tu n’oses pas réellement aller déranger tout ceux qui sont là, sous peine de faire une gaffe avec tes ailes, ce serait vraiment dommage, en fait... ! Et puis, tout le monde a l'air de s'amuser, donc... Pas la peine de le faire en même temps que tout le monde, ça peut attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://graphin-suit.tumblr.com/

FORT FORT LOINTAIN





⊱ pseudonyme : Chris
⊱ tête mise à prix : Christina Hendricks
⊱ arrivé(e) le : 01/01/1970
⊱ tes licornes : Wolfran Loupnoir - Alexei Trainesavate - Lancelot Dulac - Cheshire Beausourire
⊱ schillings : 0

⊱ ta race : Humaine
⊱ allégeance : Ma foi, si elle revient au pouvoir, coussi-coussa





Sam 19 Sep - 18:26

Cey la fête !

Une fête ! Quoi de mieux qu’une fête où on peut venir, gratos, et faire la fête sans se soucier le temps d’une soirée du lendemain ? Personnellement, j’en suis enchantée. C’est bien pour cela que j’en ai immédiatement parlé à Jeiran, avec de l’avance, histoire qu’il ait le temps de farfouiller dans ses affaires pour une tenue correcte. Quoi ? Je n’allais pas y aller seule et puis une fête ? Sans y aller avec Jeiran ? Ce serait un sacrilège maintenant qu’il vivait dans la même ville que moi ! Pour ma part, je savais déjà ce que j’allais porter. Une robe que j’adore, mais que, malheureusement, je n’ai pas assez l’occasion de porter, alors pour cette fois j’allais me faire un petit plaisir, surtout qu’elle restait totalement dans le cadre d’une tenue correcte. Enfin, certain pourraient dire le contraire, mais je m’en fichais bien, tant que ça me permettait de passer l’entrée sans soucis…

Pendant les jours précédant le jour J, rien ne pouvait me contrarier. Pas la montagne de dossier à vérifier, corriger voire rédiger correctement ; ni les sautes d’humeur de Gracieux ; ni même les commentaires de certains gardes peu gracieux, justement. J’avais tellement hâte d’y aller et de pouvoir danser, avec Jeiran ou tout autre partenaire volontaire, de pouvoir profiter de la nourriture gratuite (quoi ? j’avais certes un bon job, mais un buffet aux frais de Marraine ? Je n’allais certainement pas me priver), et simplement passer un bon moment en compagnie de mon meilleur ami et certainement d’autres connaissances qui viendraient elles aussi profiter de la fête. J’espérais y voir Odette, elle était tellement adorable cette petite…

Mais enfin, ENFIN, le grand jour arriva et je fis en sorte de pouvoir quitter le bureau plus tôt ; après tout, une fête donnée par Marraine, il fallait vraiment que tout soit bien préparé, que ce soit ma robe, ma coiffure ou mon maquillage. J’avais tout préparé la veille au soir pour n’avoir plus qu’à tout mettre en place le moment venu. C’est ainsi qu’arrivant chez moi, je filai sous la douche pour ensuite me coiffer et me maquiller. Sur ces aspects-là, je restais sobre. Quelques bigoudis dans mes cheveux afin des onduler un peu, mais je les laissais dans un chignon lâche ensuite. Quant au maquillage, juste de quoi unifier le teint et faire ressortir mes yeux, un peu de blush pour la forme. Vint ensuite le moment d’enfiler ma robe. D’un rouge très sombre, contrastant avec ma pâleur naturelle, elle était surtout composée de façon à sembler drapée sur moi plus qu’autre chose, la jupe volante à souhait arrivant à mes cheville et le haut robuste (en même temps, il fallait bien supporter le tout, si vous voyez ce que je veux dire), tandis que les manches…eh bien n’étaient que des bouts de tissus tombant lâchement sur le haut de mes bras. Je finis par une petite touche personnelle : une couronne de laurier d’or, que je risquais fortement de laisser dans un coin au bout d’un moment, mais je l’aimais bien, alors autant en profiter.

Finalement prête, je filais vers l’appartement de Jeiran. On avait décidé que le premier prêt irait chercher l’autre. Ah ! J’étais sûre d’arriver la première, vu comment j’attendais cette soirée. Il m’ouvrit et, bras dessus, bras dessous, nous allâmes vers le palais. Les gardes nous inspectèrent avant de nous laisser passer dans la salle. Il y avait déjà du monde et mes yeux embrassèrent la salle avec émerveillement avant de se poser, bien contre moi, sur une figure que je connaissais bien et me tira un lourd soupire, avant que je ne prenne un verre. J’en aurais besoin…

"Jeiran, il faut qu’on m’explique un truc, pourquoi un type comme Frollo, qui est aussi amusant qu’une porte de prison rouillée, et encore c’est insultant pour les portes de prison, peut bien faire ici ?" sans compter que je portais du rouge et que s’il me voyait et décidait de venir me parler (ce qui me semblait hautement improbable, soit dit en passant), j’aurais le droit au commentaire sur ma « vulgarité » (bon, pour cette fois, vu mon décolleté, il n’aurait pas totalement tort mais passons). Je finis mon tour de salle en prenant une gorgée de mon verre avant de m’étouffer avec en voyant nul autre que Mowgli…En slip. "Okay, comment LUI, a réussi à passer le contrôle à l’entrée ?" demandai-je à Jeiran en désigna d’un vague geste de la main le chevalier-flic.

Bon, il fallait que je trouve autre chose à regarder, parce que malgré tout l’agacement qu’il m’apporte, il m’a tout de même aider il n’y a pas si longtemps, et en plus de cela…Si je me forçais pas à regarder ailleurs je serais bien capable de passer ma soirée à le mater, sans aucune vergogne. Il faut dire que pour une fois que je le vois sans chemise…Je vidai mon verre d’une traite, avant d’en reprendre un autre à un serveur passant par là. Je ne sais pas trop ce que Jeiran pouvait penser de moi à cet instant, mais tant pis…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FORT FORT LOINTAIN

UN PEU DE GRATIN D'GRAVIER ?

avatar

⊱ pseudonyme : merlinpinpin
⊱ tête mise à prix : sir ian mckellen
⊱ crédits : dieu
⊱ arrivé(e) le : 18/10/2014
⊱ manuscrits : 203

⊱ schillings : 375

⊱ ton conte : les légendes arthuriennes
⊱ ta race : sorcier blanc
⊱ métier : enchanteur, herboriste, ancien professeur à l'académie de worcestershire
⊱ tes armes : une cuillère et du gratin de gravier ?
⊱ allégeance : plutôt neutre.





Dim 20 Sep - 17:52




Ma che bamboula !
"Bambou ? Pourquoi il parle de bambou ? T'as déjà vu panda dans le coin toi ?" "Mais non ! Ca veut dire fête, abruti !" "Oh ouais la fête ! C'est la fête oh ouaiiiis !"


Marraine est ravie. Depuis son trône spécialement conçu pour l'occasion, elle observe ses invités se délecter des petits plats confectionnés en son honneur. Un estomac bien rempli a cette tendance à rendre les gens beaucoup plus heureux, paraît-il. Et ce n'est pas son corset lui écrasant les bourrelets qui pourrait affirmer le contraire !

Néanmoins, un petit quelque chose l'ennuie. Tandis qu'on se précipite vers les boissons et le buffet, la piste de danse reste désespérément vide. Un petit pli soucieux se forme entre ses yeux. Voilà qu'elle va se provoquer des rides ! Ah non non ! Hors de question ! D'un claquement de doigts, elle fait signe à un garde d'approcher. " Dites à ce chanteur d'oublier ses bluettes et de nous envoyer quelque chose de plus entraînant ! " Car ce cher Crécelle, en plus d'avoir une voix à vous percer le tympan, fait défiler un répertoire aussi lent qu'une charrue traînée par une limace. Le garde s'exécute, n'hésitant pas à aller interrompre le chanteur. Rouge d'embarras, Crécelle réfléchit à toute vitesse. Il voit bien que son auditoire n'est pas très réceptif. Ding fait l'ampoule qui s'allume dans sa tête. Il sait exactement comment les captiver !

Ordonnant à ses musiciens de changer de partitions, des notes vives se mettent à résonner et Omar de les suivre avec ferveur. Si ça, ça ne leur fait pas bouger leur boule, alors il ne sait pas ce qu'il faut ! D'ailleurs, il semblerait qu'il ait visé juste ! Emporté dans son élan, il ose même LA note. Le genre longue, à attirer toutes les attentions et surtout ... Terriblement haute. Si bien qu'à force d'aigu, plus personne ne l'entend.

Ou plutôt, si. Les quelques oiseaux nocturnes ont commencé à s'agiter, des aboiements de chiens et des feulements de chats éclatent un peu partout dans Romeo Drive. Même certains invités ne semblent plus tout à fait maîtres d'eux-mêmes. Leurs yeux sont comme voilés ou, au contraire, perçants.

Omar ne comprend les véritables conséquences de son élan que lorsque devant la scène, une femme au col boutonné jusqu'au menton se jette soudain sur son partenaire de danse, toutes dents dehors ... " Oups. " échappe-t-il dans son micro.


C'qui s'passe

⊱ On dit " Merci Omar m'a tuer ". Grâce à ce chanteur pourri et à sa note moisie, il a fait fondre un gros plomb aux animaux du coin. Mais pas que ! Et oui, chères bêtes parlantes sous Charnel, vous l'avez entendu vous aussi Du coup, vous rentrez dans une espèce de transe qui fait que ... A vous de voir !  :siffly: Que cela réveille vos instincts sessouels, agressifs, joyeux ou autres, vous êtes libres ! N'hésitez pas à user des dès pour choisir ce qui se passe pour votre perso et les conséquences (sur qui ou quoi va-t-il se jeter, hein ?!)  :guh:

⊱ Théoriquement, sur les humains lambdas, la note n'a pas d'incidence et sur les autres créatures magiques (ogres, fées ...) non plus. Aussi, si vous avez peur de vous trouver sans rien faire, ne vous inquiétez pas ! Un chat peut très bien vous tomber dessus, votre voisin (qui est en réalité un lapin fondu de carottes) tenter de vous grignoter le nez et nous en passons et des meilleures ! Sans compter l'agitation soudaine ... Attention au verre, ça coupe !  

⊱ Vous avez jusqu'au 25.09 pour répondre à ce tour ! :coeur:

⊱ Les participants : Belle Yeuxdevelours, Cúchulainn Forgéteinte, Ulrich Fiersbras, Poucette Toutepetite, Wolfran Loupnoir, Jeiran Aurorefauve, Clémence Vertfeuille, Kaa Envoûtoeil, Mowgli Messua, Svetlana Plumenfeu, Aalis Beaupuits & Claude Frollo

⊱ far far away ⊰


______________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FORT FORT LOINTAIN



⊱ pseudonyme : Alinoé
⊱ tête mise à prix : Sophie Turner
⊱ crédits : Alinoé
⊱ arrivé(e) le : 01/01/1970
⊱ tes licornes : /
⊱ schillings : 0

⊱ ta race : Humain
⊱ allégeance : S'en tamponne le coquillard




Dim 20 Sep - 19:35

Aalis n'avait eu aucune intention d'aller à cette fête en l'honneur de Marraine. Elle aurait préféré rester calfeutrée dans son lit, avec un livre à la main et quelques cookies. Au final, quand elle ne travaillait pas, paresser dans son lit était l'une de ses activités favorites. Après râler et faire rebondir sa balle dorée.
Mais la promesse d’amuse-bouches qui raviraient son ventre avait quelque peu changé la donne. En sortant du travail, elle s'était réfugiée chez elle et avait calculé le temps qu'il lui faudrait pour se préparer le lendemain. Quand elle s'était levée en ce fameux jour de fête, le brouillard restait épais devant ses yeux et même le café n'y changeait rien. Elle avait ramassé ses cheveux en une coiffure simple, laissant quelques mèches s'échapper sur son épaule. De toute façon, s'était-elle dit, elle sera défaite dans les heures à venir. Elle avait souligné ses yeux d'un fin trait noir, comme à son habitude et avait revêtu une robe de velours vert olive rehaussée de quelques fioritures dorées. Ouais, c'est comme ça qu'elle allait apparaître. Dans une petite bourse qu'elle accrocha à la fine ceinture de sa robe, elle y mit sa balle dorée et les quelques pièces qu'elle gardait sans cesse sur elle, au cas où. Puis, Aalis osa s'aventurer dehors.
La rouquine se rendit compte qu'elle était en retard lorsqu'elle vit les rues autour de chez elle suffisamment déserte alors qu'elles grouillaient souvent d'activités. Pressant le pas, elle arriva rapidement sur les lieux des festivités. Sans trop d'encombres, elle put se mêler aux autres venus faire la fête. Consciente qu'elle n'était pas arrivée de bonne heure, elle tapota l'épaule de quelqu'un. « Excusez-moi, je viens juste d'arriver. Est-ce que j'ai loupé quelque chose ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FORT FORT LOINTAIN

Invité
Invité

avatar




Dim 20 Sep - 19:49



   
Cey la fête !
J'ai perdu mes tympans

S'il y avait une chose réussie à cette fête, c'était bien la nourriture. Depuis qu'Ulrich était arrivé, il n'avait pas décoller du buffet ; en même temps, si quelqu'un finissait les canapés aux crevettes ? Et si, dans une seconde d'inattention, un serveur lui enlevait les chips à la moutarde ? Non, il ne pouvait pas risquer ça. Personne ne le dérangeait - en même temps, il ne connaissait pas une tête dans cette assemblée. On aurait pu le considérer comme un « pique-assiette », mais il n'avait pas que ça en tête. Les boissons, par exemple, l'attiraient beaucoup. Il lança un regard à la piste de danse, désespérément vide, et s'imagina faire la danse du canard à trois pattes, qu'il connaissait par coeur. Pas sûr, cependant, que cela plaise à tout le monde...
Alors que sa main s'avançait pour prendre le dernier canapé à la crevette, la musique changea radicalement et Ulrich décida de remuer ses fesses. C'était entraînant !

Le chanteur semblait donner de sa vie pour la chanson, si bien que, lorsqu'il entama une note qui donna des frissons à la crevette morte qu'il tenait dans sa main, Ulrich se retint d'applaudir. Jusqu'à ce qu'un caniche lui tombe dessus.
La scène lui paraissait étrangement familière ; il avait déjà connu cette peur qui lui tordait le ventre et cette envie de faire remonter à la surface tout ce qu'il avait englouti. Dans un cri défiant celui du chanteur, il se mit en fuite : zigzaguant à travers les convives, les mains en l'air, il sentait que son pantalon était sur le point de l'abandonner. En baissant les yeux, toujours en courant, il se rendit compte que le caniche, non seulement très moche, s'accrochait à lui. Un caniche. Sur sa jambe. Qui ne voulait pas partir.

Redoublant d'efforts, il se mit à courir plus vite et regretta d'avoir laissé sa hache chez lui : il l'aurait réduit en miettes, ce truc à frisettes ! Regard vers le caniche, regard vers la salle, regard vers le caniche, regard vers la salle. Toutes ces précautions ne l'empêchèrent pourtant pas de rentrer à pleine vitesse dans un homme.
Dans sa chute, il se retrouva prisonnier dans un jeu de jambes humain, le caniche sur son visage, à lui lécher les dernières miettes des mets délicieux qui n'étaient déjà plus qu'un loin souvenir.

Et, toute séance avec Taran oubliée, il se laissa choir, prétendant être mort. Cela ne marchait pas, évidemment. Alors que le caniche s'approchait de ses yeux, il cria finalement. « AIDEZ-MOI ! » Et tant pis s'il faisait concurrence à celui qui avait déclenché cette misère.
Du coin des yeux, il remarqua un oiseau voler le dernier canapé aux crevettes, qu'il avait en main quelques secondes plus tôt. Sa vie était foutue.
Revenir en haut Aller en bas

FORT FORT LOINTAIN

AIE CONFIANCE, VENERE-MOI

avatar



⊱ pseudonyme : Jet
⊱ tête mise à prix : Sebastian Stan
⊱ crédits : Pumbate pour l'avatar, Tumblr pour les gifs
⊱ arrivé(e) le : 09/10/2014
⊱ manuscrits : 185

⊱ schillings : 673

⊱ ton conte : Le Livre De La Jungle
⊱ ta race : Bête Parlante
⊱ métier : Danseur
⊱ tes armes : Un fouet, par pure précaution
⊱ allégeance : Pour, dans mon intérêt





Lun 21 Sep - 22:31

Voir apparaître si soudainement le visage de Wolfran manque de me faire sursauter, mais je n'ai nullement besoin d'une secondaire catastrophe vestimentaire maintenant : la première fois était bien assez embarrassante alors qu'elle est passée inaperçue, alors je n'imagine même pas l'effet d'une deuxième en sa présence. Pourtant, la tâche sur mon costume n'est pas uniquement négative, puisqu'elle me donne le droit à une démonstration d'affection de la part de l'apothicaire à laquelle je ne me serais pas attendu mais qui est néanmoins la bienvenue. Je sens le feu me monter très légèrement aux joues lorsqu'il noue son écharpe autour de mon cou tout en prenant bien soin de la placer parfaitement sur la tâche qui passe désormais inaperçue.

"Oh, merci beaucoup ! Et bien, ça va, et toi ? Tu profites bien de l'ambiance ?" Je fais un geste des mains pour englober la salle, mais dans un élan de maladresse qui ne peut être dû qu'au simple fait d'être en officiellement en compagnie de Wolfran à cette soirée, je donne un coup de la main qui tient mon verre dans l'épaule de quelqu'un, lâche prise et regarde presque au ralenti le verre percuter le sol et se briser en éclaboussant mes chaussures du reste d'hydromel sur lequel je comptais fortement pour me détendre. Mon poing se resserre et me traits se plissent de frustration, et je m'apprête à maugréer une nouvelle fois contre le monde et à trouver une bonne répartie pour ne pas avoir l'air complètement demeuré devant le jeune homme quand une note stridente vient heurter mes tympans.

Ma tête se tourne vers Crecelle qui, j'en ai bien peur, est en train de nous faire une syncope quand mes idées se brouillent. Mon instinct de serpent entre en action presque immédiatement, et je me retourne subitement vers Wolfran, lui saisissant la main sans réfléchir et l'entraînant vers la piste de danse en éclatant de rire. Je ne sais pas se qui se passe, mais je sais que j'ai très envie de danser, tellement que j'en oublie mes chaussures ruinées par l'hydromel, ainsi que le prix de mon veston que je viens d'envoyer valser je ne sais où pour être plus à l'aise. J'entends la musique et me mets en rythme presque instantanément, usant et abusant de mes meilleurs mouvement pour impressionner Wolfran, ou peut-être uniquement parce que j'en ai envie. Je ris de plus belle et essaie de faire venir le jeune de force sur la piste. Le rythme s'accélèrent et je ne fais plus rien maintenant que danser. Ah si, il semblerait que j'ai également décidé de produire les arabesques de couleurs qui accompagnent mon hypnose. Pas sûr que ce soit une bonne idée, mais qu'importe, la danse avant tout !

______________________________________




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FORT FORT LOINTAIN





⊱ pseudonyme : Zabolac.
⊱ tête mise à prix : Santiago Cabrera
⊱ crédits : LAURA et Tumblr.
⊱ arrivé(e) le : 01/01/1970
⊱ tes licornes : David Leféroce.
⊱ schillings : 0

⊱ ta race : Humain, même s'il a toujours rêvé d'être un nuage.
⊱ allégeance : Qui ça ?





Mer 23 Sep - 22:30

Ca faisait des semaines que Jeiran n’avait pas été à une fête. Des mois même, peut-être. Des années même, lui semblait-il, avec son sens aigu de la dramatisation et de l’exagération – mais avec tout ce qui lui était tombé sur le coin du nez ces derniers temps, le malheureux inventeur avait bel et bien l’impression que ça faisait une éternité qu’on ne lui avait pas donné l’occasion de s’amuser un peu. Entre Sinbad qui disparaissait sans laisser de trace ni de message (évidemment juste après qu’il lui ait révélé leur petit secret familial, l’ingénieur ne pouvant s’empêcher de se sentir atrocement coupable et de tirer ses conclusions), Iseut qui lui révélait faire partie de la résistance et ne lui adressait plus la parole après leur terrible dispute, Lance (ou plutôt Lancelot) qui lui avouait sa véritable identité et pourquoi des tueurs étaient à ses trousses, et sa mère qui s’était faite enlever et forcer en esclavage, la vie du tranquille Jeiran ne l’était plus tellement, tranquille. Heureusement, quelques rayons de soleil venaient illuminer la noirceur du brouillard qui l’étouffait. Notamment l’arrivée en ville de sa très chère Poucette, son amie, sa nourrice, sa deuxième mère, la femme de sa vie (elle était la seule dans cette prestigieuse liste avec sa mère, depuis qu’Iseut avait décidé de le rayer de sa vie pour de sombres raisons politiques). Et si Poucette lui demandait de l’accompagner à une fête donnée par Marraine, Jeiran n’y réfléchissait pas à deux fois. L’idée d’aller à la cour après son altercation avec Iseut avait un arrière-goût amer, mais si c’était pour faire plaisir… Il n’allait pas se priver, que Diable !

Lorsque Poucette était venue le chercher, il avait revêtu son habit traditionnel afshinien, de satin beige brodé d’or et assorti d’une longue écharpe rouge. Assortis sans même se concerter. L’idée avait fait sourire Jeiran, et, bras dessus bras dessous, ils avaient gagné le palais sans se soucier des chevaliers-flics qui marchaient à quelques pas derrière eux pour surveiller Jeiran.

"Jeiran, il faut qu’on m’explique un truc, pourquoi un type comme Frollo, qui est aussi amusant qu’une porte de prison rouillée, et encore c’est insultant pour les portes de prison, peut bien faire ici ?"
« Ils l’ont invité pour compenser ta beauté, tu rayonnes bien trop pour leurs yeux de mortels ! Il faut bien quelqu’un peut assombrir le tableau, ce serait injuste sinon. » répondit Jeiran avec un sourire charmeur. Il laissa échapper un rire lorsque Poucette lui jeta un regard réprobateur (mais il voyait bien qu’elle avait apprécié son compliment, comme toujours) et attrapa lui aussi un verre de vin sur un plateau, avant de suivre du regard l’homme à moitié nu que son amie lui avait désigné. Il haussa un sourcil.
« Bah, peut-être que Marraine apprécie d’avoir ses gigolos personnels ? » supposa-t-il en imaginant la souveraine reluquer le jeune homme qu’il ne connaissait pas, mais qui avait bien le physique de l’emploi. Jeiran s’apprêtait à s’amuser de la descente admirable de Poucette, lorsque tout à coup, une note suraigue leur perça à tous les tympans, allant jusqu’à arracher des cris de douleurs à certains invités. Jeiran se boucha les oreilles en grimaçant, jusqu’à ce que l’infernal bruit ne s’arrête. Lentement, Jeiran retira ses index de ses orifices auditifs, et se tourna vers Poucette, la stupeur clairement peinte sur son visage.

« Par la barbe du Sultan, en voilà une performance. » souffla-t-il en regardant autour de lui les invités grimaçant eux aussi. Quand soudain, un cri retentit derrière lui. Il se retourna vivement, juste à temps pour apercevoir une femme se jeter sur son partenaire de danse toutes dents dehors. Il s’apprêtait à manifester sa surprise lorsqu’un peu plus loin, un autre cri de terreur et d’appel à l’aide se fit entendre. Jetant un œil par-dessus son épaule, il reconnut Ulrich Fierbras, aux prises avec… un caniche ?

« Quelque chose me dit qu’on a comme un problème… » commença-t-il à l’adresse de Poucette, mais il n’eut même pas le temps de finir sa phrase qu’un poids s’écrasa sur son dos, lui coupant la respiration et manquant de le faire tomber au sol. Des bras et des jambes s’enroulèrent autour de son cou et de son buste, et il sentit une respiration dans son cou. Tournant la tête du mieux qu’il le pouvait, il découvrit qu’un jeune homme aux traits des habitants de Saay avait décidé de s’accrocher à lui, tel un signe à son arbre.

« Ma maison ! » s’exclama le jeune grimpeur en s’agrippant de plus belle. Les yeux de Jeiran rencontrèrent ceux de Poucette.
« … si tu as une idée, je suis preneuse. Il pèse son poids, le machin ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FORT FORT LOINTAIN





⊱ pseudonyme : Chris
⊱ tête mise à prix : Christina Hendricks
⊱ arrivé(e) le : 01/01/1970
⊱ tes licornes : Wolfran Loupnoir - Alexei Trainesavate - Lancelot Dulac - Cheshire Beausourire
⊱ schillings : 0

⊱ ta race : Humaine
⊱ allégeance : Ma foi, si elle revient au pouvoir, coussi-coussa





Jeu 24 Sep - 23:13

Cey la fête !

This party is going to hell!

Je ne pus empêcher le petit rire de m’échapper à la mention de gigolos personnels de Marraine. Franchement, Jeiran en avait de ces idées…Après, il avait le physique de l’emploi, je n’allais pas le nier, mais à force me chamailler avec lui, je commençais à cerner un tout petit peu le garçon et je sentais bien que servir de gigolo à Marraine n’était pas dans ses plans actuels ni pour un futur proche…Ce qui expliqua le fait que je lève les yeux au ciel à la remarque de Jeiran, une tendresse dans les yeux. Il avait beau dire beaucoup de bêtises, jamais bien méchantes cependant, et ne semblait pas capable de prendre soin dans ses périodes d’invention intensive, je l’aimais mon Jeijei adoré.

La musique se faisant plus entrainante, je voulus proposer à mon ami d’aller sur la piste de danse pour égailler un peu cette dernière qui était terriblement vide, mais très vite, une note me força à plaquer mes mains sur mes oreilles si je ne voulais pas devenir sourde (ou tout du moins, avoir de sacré problèmes auditifs par la suite…). Bon sang, c’était possible de sortir une note aussi aigüe sans artifice ? Parce que ça ne semblait pas humain comme bruit ! Lorsque la note cessa enfin, je me frottai tout de même les oreilles pour être sûre que le sang y circulait bien, tant j’avais planquées ces dernières contre mon crâne…Mais passons. J’acquiesçai d’un signe de tête à la réaction de Jeiran, moi, je restai sans voix.

Comme si la fin de la note était un signe de départ en lui-même plus qu’un signe de fin, la salle commença à perdre la tête. Je ne plaisante même pas ! Je suivis des yeux ce que l’Afshinien observait et ce n’était pas beau à voir. J’observai aussi le reste de la salle se demander s’il fallait fuir ou rester, ainsi qu’un type qui…ma foi savait bouger son corps. J’aurais bien observé la performance plus longtemps mais avec Jeiran qui me parlait juste avant de se faire…attaquer ? On va dire ça, par un type totalement inconnu au bataillon, j’eus vite d’autres priorités, comme faire en sorte que mon ami ne meurt pas étouffé par un fou furieux.

"On ne va pas y aller par quatre chemin, on va tenter de le faire lâcher prise !"

Je me saisis alors d’un des bras entourant la gorge du brun, tirant de toutes mes forces.

Dé :
Action : Poucette tente de faire lâcher prise au type sur Jeiran.
Oui : Elle arrive à lui faire lâcher au moins les bras et tente de tenir ces derniers à distance du cou de Jeiran
Non : Non seulement elle n’arrive pas à le faire lâcher prise, mais avec l’élan, elle finit par rentrer dans quelqu’un ! Et pour couronner le tout, un oiseau lui vole sa couronne de feuilles de chêne dorée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FORT FORT LOINTAIN

IL SUFFIT D'Y CROIRE...OU DE PAYER

avatar

⊱ pseudonyme : la toute puissante, allons
⊱ tête mise à prix : meryl streep
⊱ crédits : dieu
⊱ arrivé(e) le : 15/08/2014
⊱ manuscrits : 568

⊱ schillings : 1251

⊱ ton conte : le vôtre, mon chou
⊱ ta race : fée (et fabuleuse) de la tête aux pieds
⊱ métier : reine à temps plein, mère un peu gâteau
⊱ tes armes : une baguette et une voix d'ange
⊱ allégeance : pour moi, voyons





Jeu 24 Sep - 23:13

Le membre 'Poucette Toutepetite' a effectué l'action suivante : ⊱ LA ROULETTE MAGIQUE

'⊱ LE DESTIN' :

______________________________________


Never give up
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://farfarlointain.forumactif.org

FORT FORT LOINTAIN

J'TE FAIS DES GAUFRES DEMAIN

avatar



⊱ pseudonyme : BIB L'EPONGE
⊱ tête mise à prix : Bob Morley
⊱ crédits : (c) wildworld (ava) hedgekey (signa)
⊱ arrivé(e) le : 28/04/2015
⊱ manuscrits : 258

⊱ tes licornes : Le prince Ali
⊱ schillings : 463

⊱ ton conte : Le livre de la jungle
⊱ ta race : Humain
⊱ métier : Flic
⊱ tes armes : Il a son arme de service évidemment et un canif qu'il planque dans ses pompes (au cas où...)
⊱ allégeance : Archi contre, l'injustice c'est moche





Ven 25 Sep - 2:23



   
Cey la fête !
ma che bamboula !

Putain, enfin il s'excite un peu le bonhomme derrière son micro ! Bordel c'est pas tout mais bon, danser en slowmotion c'est une performance et c'est pas ultra sexy de danser de façon sexy sur une chanson pas sexy (toute une réflexion, le fruit de plusieurs heures de questionnement intense). Toujours au milieu de la foule, je me remue comme on m'a appris à le faire pendant une petite soirée showroom privée avec une danseuse juste pour moi (sauf que là moi j'ai pas de barre de fer comme elle alors forcément, l'effet il est moins saisissant quoi). Pendant deux minutes j'ai essayer de prendre une meuf au pif dans la foule pour ma barre de fer vivante mais je sais pas pourquoi elle a pas trop kiffé quand j'ai tenté de lui grimper dessus (en tout bien tout honneur évidemment). Du coup bah maintenant je suis tout seul comme un con et j'ai l'impression de plus ressembler à un épileptique qu'à ma danseuse sur barre. Les boules, c'est carrément pas drôle.

Pour me remonter le moral, je retourne me chercher un verre et l'enfile d'une traite avant de remarquer au loin Poucette accompagnée d'un moustachu que je connais pas. Je me demande si elle l'a pécho ce soir... Comme j'ai un peu (beaucoup) d'alcool dans le sang, je décide d'aller mener mon enquête discrètement et je gueule :

"HÉ POUPOU ! C'EST LE MEC QUI TE TRIPOTTE LE SOIR ?"

Moi mon cri se perd, ou plutôt est surpassé par celui du chanteur qui commence à craquer méchamment son slip et à nous pousser une sorte de hurlement qui a l'air de venir du plus profond de ses tripes. Putain j'suis carrément obligé de me boucher les oreilles quoi ! C'est un truc entre le cri du loup qui a mal suite à une sale constipation et celui d'un chien galeux en rut à qui on a coupé les couilles et qui crie très aiguë... Un mélange super spécial et franchement pas agréable à entendre.

"Putain mais faites lui fermer sa gueule à l'autre terroriste auditif là ! je grogne parce qu'il me rend de mauvaise humeur avec son cri là."

Mais personne réagit. Enfin si, certains réagissent mais bizarrement. On dirait que y'en a qui sont possédés. Je hausse les sourcils en voyant un mec qui saute partout en hurlant "MA QUEUE ! MA QUEUE !" (franchement pas terrible pour les jeunes oreilles quoi, j'trouve ça limite, j'parle pas de mes roubignoles comme ça moi !), d'autres qui se frottent contre les murs comme pour se gratter... en fait on dirait des animaux. Je commence un peu à comprendre ce qu'il se passe quand soudain je sens deux mains se poser dans mon dos nu et je me retourne pour me retrouver face à une nana avec la robe à moitié ouverte sur son décolleté ultra plongeant qui me regarde (la nana pas le décolleté) avec des yeux affamés.

"Toi, elle me dit en rapprochant son visage du mien. Je te veux, tout de suite."

Je suis un peu étonné parce que tout le monde me dit depuis que j'suis arrivé à Fort Fort Lointain que parler comme ça c'est pas cool et que ça marche pas pour pécho. Pendant deux secondes, je suis presque tenté de lui dire que je suis pas un mec facile moi et que si elle veut m'avoir, il faut qu'elle me prouve que je suis SPÉCIAL et pas juste un bout de steak. Mais je suis pas une gonzesse. Je suis bourré. Et j'ai méchamment envie de voir ce décolleté de plus près.

"Ça me va, je lui réponds (au décolleté, pas à la nana. Ou peut être l'inverse en fait je sais plus)"

Et là, ZBAM ! Elle me baisse mon slip jaune ! Alors la quand même y'a des limites quoi ! J'écarquille les yeux en voyant que mon anaconda est exposé à la vue de toute la populace et je gueule :

"PUTAIN MON SERVICE TROIS PIÈCES ! TU POUVAIS PAS ATTENDRE DEUX SECONDES AVANT DE DÉBALLER L'ARTILLERIE LOURDE ?!"

Je me baisse pour remonter mon slip mais elle lutte de son côté pour qu'il reste au niveau de mes chevilles en poussant des grognements.

Bon, j'avoue, à cet instant de l'histoire, je fais plus trop le fiérot parce que je sens que c'est en train de partir en couille dans touts les sens du terme. Déjà parce que j'ai le gourdin au garde à vous et que je sais pas comment je vais pouvoir le remettre dans mon slip, ensuite parce que je suis même pas sûr de réussir à le remonter mon slip, et enfin parce que je suis humain et que ça me fait pas spécialement triper de me dire que pendant que je me baisse, tout le monde a une vue en 4D sur mon trou d'balle. Au bout d'un moment, je sens que ça va pas être possible plus longtemps alors je dis à la nana devant moi et à son décolleté :

"Désolé mais là, mesure de sécurité public, ce que j'ai entre les jambes peut provoquer une émeute alors..."

Et BAM ! Je l'assomme (gentiment hein). Je remonte vite fait mon slip et me retourne en hurlant à la cantonade :

"Menace mise hors d'état de nuire, la situation est sous..."

Ah nan. Vu le chaos qu'il y a ici, c'est pas si sous contrôle que ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FORT FORT LOINTAIN





⊱ pseudonyme : Little-Chocobo
⊱ tête mise à prix : Thomas Brodie-Sangster
⊱ crédits : Elf (Ava)
⊱ arrivé(e) le : 01/01/1970
⊱ tes licornes : Alexei Trainesavate - Lancelot Dulac - Cheshire Beausourire - Poucette Toutepetite
⊱ schillings : 0

⊱ ta race : Sorcier blanc
⊱ allégeance : Mitigé





Ven 25 Sep - 14:17



   
Cey la fête !

"Je viens d’arriver, mais je pense qu’il y a de quoi en faire une très bonne soirée."

Wolfran lança alors un regard vers Kaa, bien content de le savoir là. Même s’il semblait avoir des petits soucis avec son verre ce soir. Le voyant se crisper, le sorcier posa une main sur son bras, tentant de le calmer. Cependant, il reprit bien vite sa main quand une note suraigüe se fit entendre.  Si son petit souci à l’oreille gauche était réglé, il n’en restait pas moins un peu plus sensible que la moyenne de cette oreille et il se boucha vite les oreilles pour essayer d’apaiser la douleur, ne pouvant, cependant, pas empêcher un son de douleur de passer ses lèvres. Bon sang, c’était quoi ça ? Le blond tenta d’observer vers la scène ce qu’il se passait, car il n’aurait jamais pensé que Crécelle pouvait atteindre une telle note !

Son observation fut de courte durée car Kaa, qui riait comme si il était l’homme le plus heureux du monde, lui prenait les mains pour tenter de l’entrainer sur la piste de danse. Wolfran ouvrit de grands yeux, surpris par ce comportement si…Ouvert de son ami pourtant attentif à l’image qu’il renvoie, habituellement. Mais rien ne semble normal dans cette soirée à présent. Cette dernière commençait si bien, voilà que le monde semblait devenir fou autour d’eux. Bon, une folie qui…n’était pas similaire d’un individu à l’autre à ce qu’il, car si le danseur ne semblait pas pouvoir s’empêcher de danser, d’autres étaient dans de bien mauvaise postures. Comme ce type se faisant attaquer par sa voisine, ou cet autre homme déjà peu habillé se retrouvant…Sans plus grand-chose. Il reporta cependant bien vite son regard vers le danseur sur la piste, ce dernier commençant à projeter son hypnose.

Ce n’était pas bon, ça. Si l’apothicaire n’était pas sensible à cette hypnose, il n’en n’avait aucune idée pour le reste des invités et il n’était pas utile de rajouter des dégâts hypnotiques en plus de ceux qui étaient déjà en cours. Le blond entra alors sur la piste de danse dans le but d’arrêter Kaa, ou du moins de le faire se concentrer un minimum, afin qu’il calme son hypnose. Sauf qu’il bougeait beaucoup et…D’accord, il bougeait vraiment beaucoup dans ces mouvements de danse et dans d’autres circonstances, Wolfran en aurait très très probablement profité pour observer et savourer l’expression heureuse qu’affichait le brun, mais ce n’était pas le moment et il finit par l’atteindre, enfin !

"Kaa! Kaa, regardes-moi, s'il te plaît!"

Dé :
Action : Wolfran tente de ramener Kaa à la raison, suffisamment pour arrêter l’hypnose.
Oui > Il arrive à le faire se concentrer sur lui mais pas à le sortir de sa transe pour autant, mais au moins, l’hypnose est calmée.
Non > Ahah, la bonne blague, il a peut-être une certaine sagesse, mais quand il s’agit de stopper un danseur, il peut toujours rêver !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FORT FORT LOINTAIN

IL SUFFIT D'Y CROIRE...OU DE PAYER

avatar

⊱ pseudonyme : la toute puissante, allons
⊱ tête mise à prix : meryl streep
⊱ crédits : dieu
⊱ arrivé(e) le : 15/08/2014
⊱ manuscrits : 568

⊱ schillings : 1251

⊱ ton conte : le vôtre, mon chou
⊱ ta race : fée (et fabuleuse) de la tête aux pieds
⊱ métier : reine à temps plein, mère un peu gâteau
⊱ tes armes : une baguette et une voix d'ange
⊱ allégeance : pour moi, voyons





Ven 25 Sep - 14:17

Le membre 'Wolfran Loupnoir' a effectué l'action suivante : ⊱ LA ROULETTE MAGIQUE

'⊱ LE DESTIN' :

______________________________________


Never give up
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://farfarlointain.forumactif.org

FORT FORT LOINTAIN

TU CONNAIS LE GARDE-CHAMPÊTRE ?

avatar



⊱ pseudonyme : Poison Ivy
⊱ tête mise à prix : Tamzin gorgeous Merchant
⊱ crédits : Maquizz (avatar) wich witch (codes), K.S. (texte), nicolebonnet (gif)
⊱ arrivé(e) le : 01/12/2014
⊱ manuscrits : 137

⊱ tes licornes : Tokoyo Coeurdacier the badass
⊱ schillings : 226

⊱ ton conte : L'Oiseau de Feu
⊱ ta race : bête parlante, oiseau de feu
⊱ métier : ballerine
⊱ tes armes : sa voix enchanteresse, sa grâce, sa candeur
⊱ allégeance : jolem





Sam 26 Sep - 19:12



 
Cey la fête !


Cela ne pouvait qu’être un rêve. Tout était si beau, si somptueux, si parfait. Une foule ravie et enjouée avec surplombant la foule Marraine Fée dans toute sa grandeur. Svetlana ne pouvait en croire ses yeux. C’était encore plus merveilleux qu’au bal de snowël. Elle en avait les larmes aux yeux tandis qu’elle se frayait un passage parmi les habitants de Fort Fort Lointain. Marraine était revenue, elle était saine et sauve, plus forte et plus déterminée que jamais à protéger le royaume. Que toutes les puissances de l’univers bénissent cette femme, pria-t-elle avant d’applaudir lorsque la souveraine ouvrit officiellement les festivités. Le petit oiseau de feu soupira d’aise. Elle avait craint de se voir refuser l’entrée car malgré ses meilleurs intentions sa tenue était loin d’égaler celles de certains participants. Puis elle aperçut un jeune homme brun à la peau très hâlée vêtu en tout et pour tout d’un sous vêtement jaune vif, d’un nœud papillon et un couvre-chef pailleté. Par le Grand Créateur de l’univers mais n’avait-il donc pas froid, vêtu aussi légèrement ? Etait-ce peut-être une nouvelle mode vestimentaire chez les jeunes gens à la pointe de l’avant-gardisme ? Ou bien avait-il déjà fort abusé de la boisson ? La jeune ballerine avait beau fréquenter les danseurs et les danseuses dans les vestiaires, elle n’était pas encore accoutumée à voir autant de chair dénudée. Pour se remettre de ses émotions, elle se régala d’un délicieux gâteau au miel. Même si la vision de Marraine Fée la comblait de bonheur, cela ne comblait pas son estomac, aussi ne devait-elle pas oublier de se nourrir. La reine était si merveilleuse que l’oiselle en oublierait presque l’insupportable voix du chanteur. Mais quel vacarme. Par les neuf diables comment avait-il pu acquérir une telle renommée avec une absence totale de talent ? Marraine s’en était rendu compte – comment aurait-elle pu le supporter davantage, elle qui est si distinguée – ordonne que la musique soit plus entraînante. Durant un bref instant Svetlana laissa se gagner par l’optimisme et commença à s’auto-persuader de se rendre sur la piste de danse mais soudain un son atroce lui donne le tournis. Sa vue se brouilla quelques instants puis elle sentit son cœur s’affoler. Sans aucune raison elle fut prise d’une peur panique et se mit à crier : « CUI ! CUICUI ! CUICUICUI ! » tout en sautillant sur place. Elle se retrouva prise d’un irrépressible besoin de se retrouver en hauteur. Le plus haut point possible. A première vue la table près d’elle était déjà un endroit plus bien surélevé. Alors elle fit encore quelques bons pour se hisser dessus tout en continuant de pousser ses « cuicui ! ». Puis elle jaugea la vue qui n’était finalement pas assez haute pour elle. L’estrade serait un meilleur point de vue. Alors elle se mit à sautiller tout en avançant en direction de l’estrade en criant encore : « CUI ! CUICUI ! CUICUICUI ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FORT FORT LOINTAIN

MONTRE-MOI TES (E)PINES

avatar



⊱ pseudonyme : Lady Furiosa
⊱ tête mise à prix : Keira Knightley
⊱ crédits : Avengedichains & Tumblr ♥
⊱ arrivé(e) le : 26/07/2015
⊱ manuscrits : 145

⊱ tes licornes : Iseut Sautemouton & Raiponce Cheveuxdor
⊱ schillings : 325

⊱ ton conte : La Belle & la Bête
⊱ ta race : Humaine
⊱ métier : Styliste-modiste, ces dames et ces messieurs aiment s'adresser à elle pour un petit relooking personnalisé
⊱ tes armes : Une dague acquise lorsqu'elle est rentrée chez les rebelles. Elle l'a remisée au fond d'un tiroir depuis qu'elle les a quitté.
⊱ allégeance : Mouais, bof hein. Non pas trop du tout, en fait.





Dim 27 Sep - 17:02



   
Cey la fête !
ma che bamboula !

Un regard suffit à Belle pour reconnaître l'homme auquel elle venait de se heurter, son malaise grandissant au passage. Messire Frollo et elle ne s'étaient croisés que de loin jusqu'à présent mais elle aurait reconnu ce visage austère entre mille. Pour une raison étrange et bien qu'elle eut fréquenté une bête maudite un certain temps, une vague glacée s'écrasait dans sa poitrine à chaque fois qu'elle le croisait. Les joues rougies et la mine embarrassée, si elle ne sut que répondre à son discours, elle parvint tout de même à dégager son bras de cette étreinte. Etait-ce une illusion ou ... Semblait-elle le dégouter au plus haut point ? Réitérant ses plates excuses, elle s'empressa de disparaître ainsi qu'il le lui avait demandé, sans demander son reste. Quel étrange personnage ! Elle comprenait mieux quel plaisir Eleazar semblait tirer de sa compagnie.

Elle s'enfonça dans la foule, ses pas la conduisant vers l'équivalent d'Excalibur pour une personne comme elle. Des myriades de muffins de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel lui faisaient de l'oeil depuis le buffet où ils reposaient sagement, parfois privés d'un de leur frère ou de leur soeur suivant les envies des gourmets. Se plantant devant l'étale, elle en saisit un d'un joli rose framboise et s'apprêta à l'engouffrer goulument. Le gâteau n'avait pas encore effleuré son palais qu'elle imaginait déjà l'éclat de saveurs et la texture de la pâte cuite fondant dans sa bouche, un début de sourire extatique naissant sur ses lèvres ... Pour mourir aussitôt, stoppé net dans son élan par l'emballement du chanteur. Réflexe instinctif, la jeune femme lâcha sa prise et porta ses mains à ses oreilles malmenées. Puis, elle se tourna vers la scène, interloquée. Etait-il seulement possible de monter si haut ?! Et pour quoi faire ? Ce ne fut que lorsque la cohue commença qu'elle réalisa qu'elle était au beau milieu d'une sorte de mini-émeute.

Quoi que le fait de se ramasser une tarte à la crème en pleine tête y fut également pour beaucoup.

"Hihihihihihihi !" ricana son assaillant, tout content de lui avant de changer de victime. D'une main, elle essuya la crème qui lui bouchait un oeil et d'un pas, évita de justesse une femme qui se jetait carrément sur le buffet pour engloutir tout ce qui passait à portée de sa bouche.

Ne sachant que faire - à part se cacher sous une table, sauf qu'il n'en allait pas vraiment dans ses habitudes -, elle s'éloigna le plus possible des étales. Trébucha. Et se retrouva à ramper sur les pavés à quatre pattes en esquivant autant que faire se pouvait les soudains fous et leurs attitudes étranges. Elle surprit une jeune femme piaillant joyeusement sur une table, un homme danser lascivement en produisant des éclairs colorés autour de lui ... Aussi décida-t-elle de continuer à ramper. A cette hauteur, il paraissait que c'était encore là qu'elle était le plus en sécurité.

Finalement, elle se retrouva nez à nez avec une paire de chevilles nues.

"Menace mise hors d'état de nuire, la situation est sous..." Elle releva le menton, ses yeux louchant sur le slip clinquant, lequel semblait lui rendre son oeillade. Fort heureusement, la crème masquait son visage pivoine. Elle remonta un peu plus ses prunelles écarquillées, croisant celles du strip-teaser-gigolo-on-ne-savait-quoi. " Impressionnante ... Autorité. " lâcha-t-elle, tenue par l'étrange sensation que si elle en revenait audit slip, ce qu'il contenait risquait de lui sauter à la figure.

______________________________________

Du début, à notre fin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FORT FORT LOINTAIN

UN PEU DE GRATIN D'GRAVIER ?

avatar

⊱ pseudonyme : merlinpinpin
⊱ tête mise à prix : sir ian mckellen
⊱ crédits : dieu
⊱ arrivé(e) le : 18/10/2014
⊱ manuscrits : 203

⊱ schillings : 375

⊱ ton conte : les légendes arthuriennes
⊱ ta race : sorcier blanc
⊱ métier : enchanteur, herboriste, ancien professeur à l'académie de worcestershire
⊱ tes armes : une cuillère et du gratin de gravier ?
⊱ allégeance : plutôt neutre.





Dim 27 Sep - 17:48




Ma che bamboula !
"Bambou ? Pourquoi il parle de bambou ? T'as déjà vu panda dans le coin toi ?" "Mais non ! Ca veut dire fête, abruti !" "Oh ouais la fête ! C'est la fête oh ouaiiiis !"


Merlin mit un certain temps à réaliser ce qui se passait autour de lui. Il fallait dire que le vin était particulièrement bon et qu'il était un peu sourd de l'oreille gauche. Ou des deux. Ou alors, il pensait à autre chose. Ah bah oui, c'était ça ! Il était en train de se demander s'il avait bien sorti le gratin de gravier du four avant de partir et si, du coup, il avait éteint le four. Parce que s'il ne l'avait pas fait - éteint le four, hein -, il risquait de retrouver un feu de joie géant à la place de sa maison et ...

... Mais pourquoi est-ce que cette femme essayait-elle de lui picorer l'oreille ?! C'était quand même un monde, ça, de ne pas pouvoir siroter son vin au miel tranquillement ! Et lui, là, qu'est-ce qu'il avait à se frotter à sa jambe en disant "oh oui oh oui caresse-moi" ?!

Enfin, le vieil enchanteur jeta un oeil aux alentours et découvrit la scène de la foule déchainée, soit à attaquer ses co-convives, soit à essayer de s'en défaire. Il gratta sa calvitie naissante sous son chapeau pointu, quelque peu perturbé. Tout ceci n'était pas bien normal et puisque personne ne semblait décidé à le faire - de là où il était, il n'apercevait pas Marraine -, il était temps d'agir. Pointant son bâton vers la foule, il décida de lâcher une grosse gerbe d'eau sur tout ce petit monde.

Sauf qu'à la place d'un filet d'eau, ce fut un sort de disparition qui fit effet. Preuve en fut des pauvres hères qui se retrouvèrent nus au milieu de l'assemblée. Rougissant sous sa barbe, Merlin tenta de réparer son erreur mais, déséquilibré par le type toujours accroché à sa jambe, son enchantement alla s'écraser sur l'un des buffets. Quelques secondes plus tard, pâtisseries, tartes et autres cochons rôtis à la broche se déversaient de leur présentoir ... Pour se faire manger. Par n'importe qui et n'importe comment.

Le dé de la honte de l'année : Qui se retrouve tout nu ?
Action réussie : Belle, Jeiran, Claude, Aalis, Wolfran & Cúchulainn
Action ratée : Ulrich, Svetlana, Kaa, Mowgli, Poucette & Clémence


C'qui s'passe

⊱ Alors, il vous avait manqué notre cher Merlinou ? Non, hein ? Normal, quand on voit la double pagaille qu'il vient de mettre.
- Pour les personnages désignés par le dé comme ayant été touchés par le premier sort (ceux en gras dans le post pnj au-dessus), vous vous retrouvez à poil, ni plus ni moins :siffly: Du coup, votre but à vous, c'est de trouver des fringues ! Ca tombe bien, quelques-uns de vos potes de beuverie fête ont pris un gnon ou deux, profitez-en pour essayer de leur piquer leur veste ... Mais pas sûr que le mari-la-femme-le-chien vous laisse faire ! Sinon, il y a ces cordes à linge qui pendent au balcon ... Bref, n'hésitez pas à utiliser les dés encore une fois.
- Pour les personnes ayant réchappé à l'exhib', vous pouvez naturellement aider les autres mais sachez que vous n'êtes pas au bout de vos peines ...

⊱ ... Car cela concerne tout le monde (même les cunus), vous l'avez vu la bouffe s'est zombifiée ! Son but ? Se faire manger ! Par n'importe qui, n'importe comment ... Et n'importe où. Alors, gare à vos fesses  

⊱ Vous avez jusqu'au 03.10 pour répondre à ce tour ! :coeur:

⊱ Les participants : Belle Yeuxdevelours, Cúchulainn Forgéteinte, Ulrich Fiersbras, Poucette Toutepetite, Wolfran Loupnoir, Jeiran Aurorefauve, Clémence Vertfeuille, Kaa Envoûtoeil, Mowgli Messua, Svetlana Plumenfeu, Aalis Beaupuits & Claude Frollo

⊱ far far away ⊰


______________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FORT FORT LOINTAIN

IL SUFFIT D'Y CROIRE...OU DE PAYER

avatar

⊱ pseudonyme : la toute puissante, allons
⊱ tête mise à prix : meryl streep
⊱ crédits : dieu
⊱ arrivé(e) le : 15/08/2014
⊱ manuscrits : 568

⊱ schillings : 1251

⊱ ton conte : le vôtre, mon chou
⊱ ta race : fée (et fabuleuse) de la tête aux pieds
⊱ métier : reine à temps plein, mère un peu gâteau
⊱ tes armes : une baguette et une voix d'ange
⊱ allégeance : pour moi, voyons





Dim 27 Sep - 17:48

Le membre 'Merlin Imaginarium' a effectué l'action suivante : ⊱ LA ROULETTE MAGIQUE

'⊱ LE DESTIN' :

______________________________________


Never give up
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://farfarlointain.forumactif.org

FORT FORT LOINTAIN

AIE CONFIANCE, VENERE-MOI

avatar



⊱ pseudonyme : Jet
⊱ tête mise à prix : Sebastian Stan
⊱ crédits : Pumbate pour l'avatar, Tumblr pour les gifs
⊱ arrivé(e) le : 09/10/2014
⊱ manuscrits : 185

⊱ schillings : 673

⊱ ton conte : Le Livre De La Jungle
⊱ ta race : Bête Parlante
⊱ métier : Danseur
⊱ tes armes : Un fouet, par pure précaution
⊱ allégeance : Pour, dans mon intérêt





Mar 29 Sep - 22:02

Cette soirée ne pouvait pas aller mieux ! Bon, il y avait eu le petit soucis du verre renversé sur ma chemise... Elle est où ma chemise ? Ah oui, je l'ai jeté par terre ! Oui donc ça c'était pas super, mais après Wolfran est arrivé, et ça c'était vachement bien ! Je l'aime bien Wolfran, je devrais lui dire plus souvent ! En fait, tout ce qui se passe depuis que je suis arrivé va de mal en pis, mais l'opposé ! Donc de... de... bien en super bien ? Y'a une expression pour ça ? Je sais pas et puis je m'en fous, je danse trop pour réfléchir ! Mais j'ai chaud, par contre, et puis c'est un peu idiot, de porter un pantalon quand on a pas de chemise... Et pas de chaussures... Pourquoi j'ai pas de chaussures ? Bah, j'en vois une sur deux, c'est pas si dramatique !

Ou, donc, le pantalon ! Je suis sûr de pouvoir le déboutonner façon très classe sur le rythme de la musique ! Oui, certain, même, en fait ! Et peut-être qu ça va plaire à Wolfran ! Je vais commencer par lentement agripper ma ceinture, puis tirer un peu sur la fermeture... Mais ! Mais ! J'en reviens pas je suis super doué ! Il a carrément disparu comme ça, rien qu'en touchant la fermeture, c'est trop fort ! Ah, et j'ai pas de boxer en dessous, non plus... Je me rappelle pas avoir mis de boxer de toute façon, mais ça m'embête un peu cette histoire d'être tout nu comme ça, devant tout le monde... Et devant Wolfran aussi...

Wow... Mais, qu'est ce que je fais là, moi, au juste ? Et depuis quand je suis sur la piste de danse ? Je devrais EH ! Un gâteau ! Qui marche ! Enfin, qui rebondit ! C'est délirant, ça, ça existe ? C'est super ! J'en prendrais bien un bout, mais pas de celui là, il a l'air d'avoir fait du chemin depuis le buffet, c'est pas très hygiénique ! Je vais aller au buffet, ce sera mieux ! Je comprends pas pourquoi tout le monde s'enfuit comme ça... Ils aiment pas les gâteaux ou quoi ? C'est quoi leur problème... Et pourquoi ils me regardent tous de travers en passant ? J'ai comme la sensation que y'a un truc qui cloche chez moi et que je devais m'en occuper... Bah, ça devait pas être important, en plus je vois un gâteau qui a l'air vachement bon !

______________________________________




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FORT FORT LOINTAIN

MA-QUI ? MA QUE PASA ?

avatar

⊱ pseudonyme : Marlou
⊱ tête mise à prix : troian bellisario
⊱ crédits : le staff trop cool (avatar) + tumblr pour les gifs + signa de endless love
⊱ arrivé(e) le : 19/04/2015
⊱ manuscrits : 423

⊱ schillings : 675

⊱ ton conte : lambda-dibouh
⊱ ta race : fée un jour, fée toujours
⊱ métier : botaniste et jardinière bénévole
⊱ tes armes : baguette + magie + maladresse
⊱ allégeance : ni oui, ni non; bof, c'est pas le plus important





Mer 30 Sep - 23:08

Habituellement, tu aurais voulu t’enfuir et plutôt faire comme si de rien était et regarder tout le monde se faire ridiculiser et en rire. Comme Mowgli et sa petite séance de déshabillage, par exemple, mais il a le physique pour faire ce travail, alors c’est plutôt amusant à regarder... de très loin. Mais comme rien n’est étrange dans ce coin de pays... il fallait bien que la petite fête tourne au drame ! Foutue fête de Marraine, foutu Merlin, foutue magie ! Si la fête avait eu quelques petits ennuis jusque là, c’était le comble. En une fraction de secondes et une vague d’eau très froide, tu te retrouves sans vêtements, rien que tes ailes pour cacher le tout. Et ce n’est pas ce qui a de plus couvrant qui soit, évidemment. C’est extrêmement gênant de se retrouver sans vêtements devant des personnes que tu connais de près ou de loin. Et puis, tout le monde est trempé et c’est un peu le chaos. Disons que les fêtes ne sont jamais bien tranquilles à Fort Fort Lointain et qu’il vaut mieux essayer de ne pas jouer avec la magie, en ces temps d’urgence. « Mais... qu’est-ce que c’est que ça ? » Tes yeux s’ouvrent, plus surpris jamais, devant toute la nourriture qui commence à marcher et à sauter sur quelques convives. Non, mais... quoi ? De la bouffe qui marche et quoi après ? C’est alors qu’un morceau de gâteau vient s’agripper à ta peau de façon assez agressive. « C’est pas vrai ! Je dois rêver ! » En essayant de retirer le morceau de pâtisserie sur ta peau, tu essayes de retrouver ta tunique avant que tu ne sentes la honte remonter jusqu’à tes deux joues. Balayant la pièce du regard... la chose semble légèrement impossible, surtout que c’est la catastrophe dans la salle, avec toute cette nourriture qui courre après tout le monde. « C’est gentil, hein, mais je n’ai pas très faim... ! » dis-tu, en regardant le morceau. Tu lui donnes alors un bon coup d’aile pour le faire revoler plus loin. Après ce petit périple, tu te diriges un peu partout, en essayant de faire tenir tes ailes légèrement sur toi, histoire qu’on ne voit pas tout, quand même ! Pourtant, les choses ne sont pas aussi faciles puisqu’il y a une tonne de vêtements partout. Ta tunique est blanche, ce ne devrait pas être si compliqué... Cependant, tu vois quelqu’un qui a beaucoup plus d’ennui et qui se fait poursuivre par de la nourriture. Au diable cette situation, tu prends ta baguette et tu fais une tentative de sort sur la nourriture. Pourvu que ça fonctionne...

ACTION :
Tu donnes un coup de baguette sur la nourriture qui attaque la personne en question.
SI BON : La nourriture fige pour un certain temps, assez pour s’enfuir.
SI MAUVAIS : Quelle galère... la magie n’a aucun effet et la pagaille continue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://graphin-suit.tumblr.com/

FORT FORT LOINTAIN

Contenu sponsorisé






Revenir en haut Aller en bas

INTRIGUE SEPT ⊱ Cey la fête !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» INTRIGUE [Sept.] Quand Seamus cesse d'y croire...
» INTRIGUE SEPT ⊱ Cey la fête !
» INTRIGUE [Sept.] Discours de début d'année [Pour tous ]
» Résumé de l'intrigue
» La danse des sept voiles...




Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⊱ il était une fin :: Anciennes intrigues-