AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORT FORT LOINTAIN A FERME SES PORTES.

toi, j'vais pas te louper :: feat. Kaa


FORT FORT LOINTAIN

J'TE FAIS DES GAUFRES DEMAIN

avatar



⊱ pseudonyme : BIB L'EPONGE
⊱ tête mise à prix : Bob Morley
⊱ crédits : (c) wildworld (ava) hedgekey (signa)
⊱ arrivé(e) le : 28/04/2015
⊱ manuscrits : 258

⊱ tes licornes : Le prince Ali
⊱ schillings : 463

⊱ ton conte : Le livre de la jungle
⊱ ta race : Humain
⊱ métier : Flic
⊱ tes armes : Il a son arme de service évidemment et un canif qu'il planque dans ses pompes (au cas où...)
⊱ allégeance : Archi contre, l'injustice c'est moche





Lun 10 Aoû - 18:48



Kaa & Mowgli
toi, j'vais pas te louper mon gars

Depuis que je suis arrivé en ville, le soir quand je me fais chier et que j'ai la flemme d'aller me balader à Ragtown pour trouver une jolie minette à ramener dans mon appart', j'ai pris l'habitude de tester les bars du coin. Bon, ce soir comme j'étais déjà en pleine ronde à Ragtown et que j'avais pas envie de faire le trajet jusque chez moi pour finalement ressortir derrière, j'ai décidé directement après mon service d'aller dans le premier endroit que j'ai pu trouver. C'est comme ça que je suis arrivé devant La Sirène amputée. De mémoire, j'ai jamais eu besoin d'aller à l'intérieur pour régler une bagarre ou quelque chose dans le genre et il me semble avoir déjà entendu un des types qui bosse avec moi à la Tour d'Argent dire que c'était plutôt sympa. En plus, il fait resto. Les mains dans les poches, je hausse les épaules. Boarf, allons-y, on verra bien à l'intérieur si ça vaut tripette ou pas.

Je tends la main et pousse le battant de l'établissement avant d'y entrer. Il y a déjà pas mal de monde : un barman s'occupe d'essuyer ses verres derrière son comptoir, des serveuses vachement bien gaulées passent de table en table pour distribuer des commandes et divers clients sont installés un peu partout dans la salle. Comme j'ai une méchante dalle, je décide d'aller me poser sur une des tables un peu à l’écart avec vue sur la scène. Je la remarque que maintenant, parce qu'un grand rideau noir est abaissé devant. Y'a un spectacle ce soir ? J'ai pas le temps de me poser la question qu'une charmante demoiselle s'approche de moi et me tend un menu avec plein de super choix. Mais moi, je prends toujours la même chose dans les restos de toute façon :

« Je vais vous prendre un bon steak tartare s'il vous plaît, je demande en lui souriant. »

Elle est un peu surprise de me voir commander sans avoir maté son menu mais elle prend quand même note en me rendant mon sourire. Je la vois me jeter des petits coups d’œil à la sauvette pendant qu'elle écrit sur son calepin et je retiens une moue satisfaite. Finalement, je vais peut être revenir accompagné ce soir chez moi. Elle se penche pour reprendre le menu et en profite pour me frôler la main. Hoouuu elle est téméraire la petite ! J'aime bien ! Ça me donne envie de lui faire la danse nuptiale des loups... Nan Mowgli, Iseut t'a déjà dit que ça marche pas ça... bon, je vais m'contenter de sourire du coup. Et ça a l'air de marcher parce qu'elle se met à rougir comme une tomate avant de me demander :

« Vous... vous voulez boire quelque chose ?
- Une bière, ça sera très bien. Eeeet dites moi ! je la retiens en pointant la scène du doigt, il y a un spectacle ce soir ?
- Oui bien sûr ! Il ne devrait plus tarder d'ailleurs. »

Je la remercie d'un sourire et elle s'en va pour rapidement revenir et me donner ma bière. Je commence à la boire en m'installant tranquillou sur mon siège quand la lumière se réduit et qu'un présentateur s'avance devant le rideau. Je me redresse légèrement pour écouter ce qu'il a à dire.

« Mesdames et messieurs, bienvenus ! Ce soir à La Sirène amputée, vous allez assister à un spectacle qui vous ravira, un spectacle sensationnel, un spectacle... »

Bon, à partir de là je décroche un peu parce que la jolie serveuse revient avec mon plat et c'est que j'ai les crocs moi. Du coup, je laisse l'autre allumé faire son speech en cassant mon œuf cru dans mon assiette pour mélanger le tout avec ma viande. Ho la vache, comment il a l'air bon ! Je renifle un peu, histoire de bien me mettre l'eau à la bouche, puis dégaine ma fourchette et attaque mon plat en enfournant un super gros morceau dans ma bouche. Bordel comment ça fait du bien ! Je machouille tranquillement quand tout d'un coup, je me fige en entendant ce que dit le présentateur :

« Et maintenant, un tonnerre d’applaudissement pour notre danseur, KAA ENVOÛTEOIL ! »

J'ouvre la bouche, laissant au passage retomber la moitié de la viande qu'il y avait dedans dans mon assiette. Putain. Nan mais là j'hallucine, c'est pas possible ! Kaa ? Genre LE Kaa ? MON Kaa ? Celui que je me casse le cul à chercher depuis perpette les mirettes ? Je me redresse d'un coup et concentre toute mon attention sur la scène où l'artiste fait son entrée. C'est un homme élégant, qui se déplace avec grâce et qui a un p'tit sourire en coin que j'arrive pas à interpréter. Bref, au premier coup d’œil, je pige que c'est bien lui, le serpent qui m'a sauvé la vie il y a plusieurs années. Bah putain.

Je recommence à manger mon steak (j'perds pas le nord non plus, j'ai toujours faim) mais fais signe à la serveuse qui se précipite vers moi en me demandant de quoi j'ai besoin.

« Est-ce que vous pourriez m'indiquer où se trouvent les coulisses s'il vous plaît ? Je suis flic et je dois m'entretenir avec l'artiste sur scène pour une histoire eum... pressente. Une sale affaire avec des couteaux, des... des raclettes à fromage et BEAUCOUP de sang vous voyez ? »

Je suis vraiment balèze en improvisation parce qu'elle gobe tout et m'indique tout de suite où sont les coulisses. Je termine rapidement mon steak tartare en regardant quand même ce que fait Kaa sur scène, puis je règle mon repas en laissant un joli pourboire à la serveuse et me rend du côté des loges. Alors là mon vieux, tu pourras pas m'échapper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FORT FORT LOINTAIN

AIE CONFIANCE, VENERE-MOI

avatar



⊱ pseudonyme : Jet
⊱ tête mise à prix : Sebastian Stan
⊱ crédits : Pumbate pour l'avatar, Tumblr pour les gifs
⊱ arrivé(e) le : 09/10/2014
⊱ manuscrits : 185

⊱ schillings : 673

⊱ ton conte : Le Livre De La Jungle
⊱ ta race : Bête Parlante
⊱ métier : Danseur
⊱ tes armes : Un fouet, par pure précaution
⊱ allégeance : Pour, dans mon intérêt





Mar 11 Aoû - 22:54



Kaa & Mowgli
toi, j'vais pas te louper mon gars


La soirée s'annonce comme l'une des plus agréables depuis un long moment, et je le sais dès l'instant où je mets un pied à la Sirène Amputée ce soir là : les clients sont nombreux, le groupe de musique qui joue au même moment sur la scène a pour une fois l'air de savoir ce qu'il fait et par dessus tout, le patron ne m'accueille pas avec un de ses habituels grognements mais bien avec le sourire - ce qui je l'avoue n'est pas forcément meilleur... Toujours est-il que ce soir, les bagarres n'ont pas l'air de la partie, la clientèle étant nettement meilleur qu'à l'accoutumée. Il faut dire qu'avec les derniers événements qui ont secoués le Royaume ces temps-ci, les gens ne sont pas très regardants quant aux endroits où ils vont du moment qu'ils peuvent se divertir convenablement. Eh bien, mesdames et messieurs, si tel est votre souhait, je me ferais une joie de l'exaucer ! Je me diriges vers les coulisses et me prépare pour mon tour de scène.

Quand sonne l'heure de me donner en spectacle, je suis remonté à bloc et me livre dans une des meilleurs performances depuis que j'ai repris le travail : les blessures infligées par Cheshire ne me font plus souffrir et j'ai même amélioré ma technique à force de m'entraîner pour retrouver mon niveau après la convalescence que Wolfran m'a forcé à prendre. C'est le sourire aux lèvres en pensant à l'apothicaire que je danse sur cette scène qui plus que jamais me paraît mienne. Après tout ce qui s'est passé dans ma vie et celle de la cité, je m'accorde enfin le droit de me défouler pleinement et par la même occasion de faire profiter de mes talents à mon public toujours plus nombreux. Après que mon spectacle soit terminé, je ne me rends pas tout de suite dans ma loge mais décide de prendre un verre au bar et de profiter des gens. Je ne suis même pas servi lorsqu'une des serveuse m'accoste affolée pour me dire qu'un chevalier-flic m'attend pour me parler d'un fabriquant de raclette à fromage mort noyé dans son sang à cause de coups de couteau. Fronçant les sourcils, je me dirige vers les coulisses, maussade à l'idée de devoir m'entretenir avec cet homme à propos d'une affaire qui j'en suis sûr n'a rien à faire avec moi. Je n'ai tué personne dernièrement, je m'en souviendrais, et le truc le plus clandestin que j'ai fait, c'est mon duel de rue avec Alexei, alors qui que soit celui qui m'attend derrière la porte que j'approche à grand pas, il se trompe de suspect. Et en plus, je n'aime pas le fromage, alors je ne vois pas pourquoi j'irais fréquenter un vendeur de raclettes.

Prenant une grande inspiration et mon air le plus théâtral, j'entre en fracas dans ma loge, me dirigeant sans regarder mon interlocuteur vers la serviette et la bouteille d'eau que j'utilise pour me rafraîchir après chaque performance. D'un ton volontairement désinvolte, je demande au visiteur ce qu'il me veut mais ne prête aucune attention à sa réponse - si réponse il y a - puisque j'enfuis mon visage encore couvert de sueur dans la serviette. Satisfait de mon petit jeu, et estimant qu'il a assez duré, je me décide enfin à regarder le flic qui se tient debout à l'autre bout de la pièce, à côté de la porte. Et c'est à ce moment précis que je réalise oh combien j'aurais dû regarder dès le départ à qui j'avais affaire.

Cet homme, ou plutôt ce jeune homme, c'est Mowgli. Mowgli, le premier être qui a résisté à mon hypnose et qui m'a valu des semaines de  remise en question et ma fuite hors de la jungle. Certes, il a grandi depuis la dernière fois où je l'ai vu, mais je saurais le reconnaître entre milles. Ces yeux pétillants, cette chevelure toujours aussi sauvage, cette prestance qui émane de lui, tout ça me ramène en arrière au moment où je l'ai connu et ça me terrifie plus que tout autre chose. Pris de panique, je ne vois pas d'autres sorties que de fuir par cette porte qui me semble désormais si loin, mais je dois me débrouiller pour me débarrasser de lui sans qu'il me reconnaisse. Après tout, il se trompe peut-être de témoin pour une affaire dans son boulot et il ne m'a jamais vu sous cette forme, alors je peux tenter de m'en sortir comme ça.

"Oui, hum, écoutez, jeune homme, je ne sais rien du tout de ce que vous voulez savoir, d'accord ? Mélinda, la serveuse je veux dire, a bredouillé quelque chose concernant de la fondue, enfin de la raclette, enfin peu importe ! Je ne suis pas celui que vous cherchez et si vous voulez bien m'excuser, je dois m'occuper de mon public qui m'attend dehors. Voilà, bonne... Bonne soirée, oui, voilà !"

Comparée à toutes performances, qu'elles soient oratoires ou de danses, celle-ci remporte le prix de la plus misérable. Je n'ai jamais été aussi convainquant de toute ma vie, et je ne risque pas de soudainement retrouver mon éloquence, parce que plus je reste ici, plus la panique s'empare de moi. Je fais un mouvement que je veux contrôlé en posant la serviette, manque de renverser la bouteille d'eau et tente de me dirigé d'un pas modéré vers la porte, glorieuse issue de secours de ce drame que je ne suis pas prêt à affronter...

______________________________________




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FORT FORT LOINTAIN

J'TE FAIS DES GAUFRES DEMAIN

avatar



⊱ pseudonyme : BIB L'EPONGE
⊱ tête mise à prix : Bob Morley
⊱ crédits : (c) wildworld (ava) hedgekey (signa)
⊱ arrivé(e) le : 28/04/2015
⊱ manuscrits : 258

⊱ tes licornes : Le prince Ali
⊱ schillings : 463

⊱ ton conte : Le livre de la jungle
⊱ ta race : Humain
⊱ métier : Flic
⊱ tes armes : Il a son arme de service évidemment et un canif qu'il planque dans ses pompes (au cas où...)
⊱ allégeance : Archi contre, l'injustice c'est moche





Ven 4 Sep - 21:36



Kaa & Mowgli
toi, j'vais pas te louper mon gars


J'ai souvent réfléchi à ce que je dirai à Frère Gris le jour où je le retrouverai. Quelque chose comme « Bah alors mon vieux, t'étais perdu ? » ou de plutôt comme « Ahlala, j'ai tout de suite su que c'était rien qu'à l'odeur ! Tu fouettes mon gars ! ». Bref, plein de p'tites piques sympatoches comme ça, des bons vieux trucs de frangins quoi ! Mais alors ce que je vais bien pouvoir dire à Kaa.. Là j'avoue j'y ai jamais vraiment pensé. J'avais vachement envie de le revoir hein ! Mais j'étais tellement occupé à les chercher lui et mon frère que j'ai pas encore de répliques pour lui. Et j'vais p'têtre pas lui dire d'entrer de jeu qu'il pue quoi. 'Fin, on était pas aussi proches que ça non plus, il m'a juste sauvé la peau quand j'étais gosse, on est pas devenus meilleurs potes pour autant. En même temps, vu la vitesse à laquelle il a détallé après m'avoir sorti de la merde, j'suis pas sûr sûr qu'on soit potes tout court. Mais bon, on verra bien. Et puis j'ai pas l'intention de partir bredouille : il est la première personne de la jungle que je rencontre à Fort Fort Lointain, il peut toujours se gratter pour que je le laisse filer !

Tout en me dirigeant en direction des loges je jette un petit coup d’œil vers la jolie serveuse et lui fait un clin d’œil. Rien que pour elle je pense que je pourrai revenir ici... Faut dire qu'elle a une sacrée belle paires de fesses et vu les sourires qu'elle me lance, je pense qu'elle serait pas contre une petite balade exotique dans mon lit... Faut que je note ça quelque part pour pas oublier. Les coulisses ne sont pas très loin et une fois devant la porte, je toque contre la porte en demandant :

« Y'a quelqu'un ? »

Pas de réponse. Bon. Pas grave, j'aime pas attendre comme un con devant les portes. Alors je rentre. De toute façon, j'suis flic, j'peux trouver toutes les raisons que je veux pour expliquer mon intrusion. La salle est plutôt petite et l'éclairage hyper léger. L'air est lourd d'odeurs de parfum et devant un grand miroir, une coiffeuse pleine de cosmétiques attire mon attention. Comment on peut se foutre tant de trucs sur la tronche sans déconner ? Y'a des sortes de crayons de papiers noirs, de la poudre et d'autres machins dont j'préfère même pas m'approcher. Sans déconner, toutes ces odeurs là, ça me monte au pif et... aaaa... ATCHOUM ! A BAH SUPER ! J'ai de la morve partout maintenant ! J'essaie de voir si y'a pas un mouchoir ou un truc comme ça dans le coin, mais les seules choses qui pourraient me servir à m'essuyer le pif, c'est ma veste en cuir ou l'une des tenues de scène de Kaa. Et j'ai pas envie de niquer mon blouson quoi. Du coup, je me dirige vers le présentoir à vêtement et repère la tenue la plus moche (quand même, j'suis pas aussi bâtard que ça) pour me moucher rapidos dedans. J'espère juste que c'est pas écrit dans son contrat que toutes les fringues doivent être rendues nickel parce que sinon... Sinon ça craint pour lui quoi. Et pour avoir vu le big boss des chevaliers-flics s'arracher la tignasse avec ça, je sais que quand ça touche le domaine contractuel, les emmerdes sont encore plus emmerdantes.

Je renifle un p'tit coup et m'éloigne des vêtements que je viens tout juste de pourrir, juste à temps parce que c'est le moment que choisit Kaa pour entrer dans la pièce. Je retiens un sursaut de surprise et m'apprête même à lâcher mon fameux « Tellement tu pues j'ai tout de suite su qu'c'était toi » mais il m'en laisse pas trop l'occasion. Il entre comme une diva sans même me regarder et va direct sur sa bouteille en me demandant ce que je veux. J'suis tellement sur le cul d'être aussi ignoré que j'arrive juste à lâcher un vieux :

« Euh... Coucou... »

Franchement, je me fais de la peine tout seul là. Coucou ? Sérieux Mowgli ? 'Tain, j'crois que j'viens de voir tes boules partir plus loin avec ta fierté et ta virilité, espèce d'eunuque. Bon, on reprend. T'façon, il est tellement occupé à pas m'écouter que j'suis sûr qu'il a rien capté. Du coup je vais pour reprendre quand je vois que MERDE ! J'ai une crotte de nez sauvage de collée sur la manche de ma veste ! Je zyeute vite fait en direction de Kaa et en voyant qu'il est toujours en train de m'ignorer, je donne une pichenette dans ma crotte de nez qui part voler jusque sur la coiffeuse. Bon. Pas grave, y'a tellement de bordel dessus, ça m'étonnerait qu'il le remarque. Et au pire, j'dirai que c'est pas moi.

Finalement, il se décide enfin à se retourner vers moi et là, je vous jure, le gars est passé par toutes les couleurs de l'arc en ciel avec sa tronche. D'abord tout blanc, puis un peu gris, et tout vert comme si il était victime d'une méga épidémie. C'est marrant, j'ai comme l'impression qu'il est pas super super content d'me voir. Ça pique. Parce que je suis sûr qu'il m'a reconnu, j'suis pas con non plus ! Mais c'est étonnant quand même qu'il fasse comme si il m'avait jamais vu ! Il commence à me balancer tout un petit monologue comme quoi il sait rien, blablabla... Je le sais bien qu'il sait rien, j'l'ai inventé cette affaire! Par contre il me semblait pas avoir parlé de raclette... Quand je percute qu'il essaie de se barrer, je me jette limite devant la porte et fais barrage avec mon corps en disant :

« Hep hep hep pas si vite ! »

Là, j'ai un petit moment d'égarement sauvage à cause d'un truc qu'il m'a dit tout à l'heure et je hausse un sourcil avec un air de profonde réflexion :

« Alors elle s'appelle Mélinda la p'tite serveuse... Huummm... Enfin bref nan c'est pas pour ça que j'suis là, je me reprends en secouant la tête. Pourquoi tu fais comme si tu me reconnaissais pas ? Bon, j'ai un peu grandi ok mais quand même, j'ai toujours un peu la même gueule nan ? »

Je croise les bras sur ma poitrine en fronçant les sourcils et m’appuie contre l'encadrement de la porte, toujours en bloquant l'accès.

« En tout cas ça te va plutôt bien à toi la tronche d'homme. Tu fais moins.. Euh.. Moins serpent quoi. Ho attend ! C'est parce que tu te souviens pas de mon prénom que tu fais comme si tu me connaissais pas ? Ok attend, je vais t'aider avec une petite charade tu vas voir ça va te revenir tout seul : alors mon premier est l'état de ton zguègue quand tu penses au cul de Marraine, mon deuxième est la première syllabe de « glissant » et mon tout est le gosse à qui tu as sauvé la vie il y a quelques années. Alors je suis ? Je suiiis ? »

J'ai vraiment un don pour mettre les gens à l'aise c'est fou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FORT FORT LOINTAIN

AIE CONFIANCE, VENERE-MOI

avatar



⊱ pseudonyme : Jet
⊱ tête mise à prix : Sebastian Stan
⊱ crédits : Pumbate pour l'avatar, Tumblr pour les gifs
⊱ arrivé(e) le : 09/10/2014
⊱ manuscrits : 185

⊱ schillings : 673

⊱ ton conte : Le Livre De La Jungle
⊱ ta race : Bête Parlante
⊱ métier : Danseur
⊱ tes armes : Un fouet, par pure précaution
⊱ allégeance : Pour, dans mon intérêt





Ven 2 Oct - 23:31



Kaa & Mowgli
toi, j'vais pas te louper mon gars


C'est la panique totale. Non seulement je ne peux pas atteindre la porte pour m'enfuir parce que le jeune homme se dresse sur mon chemin, mais en plus, il n'a pas vraiment l'air d'être du genre à lâcher l'affaire facilement, et c'est bien ça qui m'inquiète. Il a l'air assez renseigné sur moi, le bougre, et la carte du "Désolé, mauvaise personne" n'a pas l'air de faire effet du tout. Comment est-ce qu'il peut être si sûr que je suis bien Kaa ? Je pourrais être quelqu'un de tout à fait différent, que je sache ! Non pas que je ne suis pas... et bien, moi, mais ça ne veut pas dire que c'est marqué sur mon front. Contrairement à lui que j'ai reconnu au premier coup d'oeil parce qu'il n'a tout simplement pas changé mis à part deux trois petits détails, j'ai carrément changé de forme. On va pas me faire croire que j'ai une tête de serpent ! Si ?

Bon, pas de panique, Kaa, il suffit de se concentrer et surtout, surtout, de ne pas paniquer. J'ai déjà été dans des situations bien plus compliquées que ça, et je m'en suis toujours sorti avec brio, que ce soit par le charme ou par de la manipulation intense. Et étant donné que je ne compte pas l'emmener faire un tour dans ma chambre, un tour de marionnettiste de l'esprit s'impose. Il cherche Kaa, le serpent, et il est dans la loge de Kaa, en effet, mais qu'est ce qui lui certifie que c'est bien moi, hein ? Pour autant qu'il sache, je pourrais très bien être un artiste quelconque venu chercher quelque chose dans une autre loge. AH ! Le voilà, mon plan en or, il arrivera jamais à retourner la situation à son avantage avec ça !

J'ouvre la bouche pour commencer mon tour de passe passe quand il me devance en me posant sa devinette complètement perchée tout en croisant les bras, fermement campé sur ses positions. Comme si j'avais besoin de ça... Non seulement l'enfant qui a brisé toute ma confiance en moi en un instant me retrouve à des kilomètres de là où on s'est connu, mais en plus de ça, il est devenu un de ses adultes parfaitement irresponsables qui sont bloqués avec un esprit d'adolescent et qui n'ont aucun sens de la retenue. Je me sens mal... Mais vraiment, je me sens mal, je pense que je vais vomir... Je sens que ça monte, qu'est ce qui m'arrive ?

Avant que je puisse empêcher quoi que ce soit, un rot de la catégorie "Ogre repu" s'échappe de moi et vient couper court au silence qui s'était installé. Je regarde Mowgli, totalement paniqué, et me demande pourquoi, de toutes les façon dont une crise de panique aurait pu se manifester, il fallait que ce soit par une crise de rot ? Je titube, incapable de me contrôler, et essaie tant bien que mal de mettre mon plan à exécution en lâchant quelque chose comme "Kaa pas loge personne mauvais non" entrecoupé de superbes rots. Et comme il ne risque pas de comprendre ça, je me dirige en hâte vers ma coiffeuse pour boire un grand verre d'eau quand, comble de l'horreur, je tombe sur une masse verdâtre gluante pile dans mon verre et qui est immanquablement une crotte de nez. Je lâche le verre en poussant un rot plus qu'un cri, et me prendre les pieds dans la chaise, pour finir pas venir m'écraser de tout mon long sur le sol froid de la Sirène Amputée.d

Sonné, ou plutôt au fond du seau de la dépression post-panique, je me dis que je vais très certainement mourir ici ce soir, soit de honte, ou, plus plausiblement, d'étouffement à cause de la série de rots qui m'empêche de reprendre mon souffle. Je ne fais aucun effort pour me relever et à vrai dire, j'espère très fort que le jeune homme sera parti quand je déciderais d'ouvrir les yeux, disons dans une semaine ou deux, quand mon niveau de honte sera tombé aussi bas que mon niveau d'estime de soi...

______________________________________




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FORT FORT LOINTAIN

Contenu sponsorisé






Revenir en haut Aller en bas

toi, j'vais pas te louper :: feat. Kaa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» toi, j'vais pas te louper :: feat. Kaa
» Bienvenue dans mon cœur. Je vais te l'offrir || Feat Hossy || end
» Je sens que je vais bien m'amuser [Feat. Loyalty]
» Je vais t'offrir un monde au mille et une splendeur feat Sam
» Je fais mon choix, je vais supporter .....le 28 Novembre




Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⊱ il était une fin :: La sirène amputée-